lundi 11 décembre 2017

On s'éclate et on danse ce soir!

Une édition en humour et en danse pour cette avant-dernière de l'automne des Enfants du paradis. Venez nous découvrir ce soir dès 17h 30 à l'antenne de CKRL.

Par Robert Boisclair

Premier bloc - 17h 30

Crédit photo: André Cornellier
La chorégraphe et danseuse Louise Lecavalier sera en conversation téléphonique pour nous parler de sa plus récente production qui tiendra l'affiche du Grand Théâtre de Québec.

Mille batailles
Grand Théâtre de Québec
Du 12 au 13 décembre
En savoir plus

Deuxième bloc - vers 17h 45


Soyez à l'écoute vers 17h 40 pour découvrir notre Sélection du moment. Cette semaine une tradition de Noël qui en est déjà à sa septième édition. Soyez des nôtres pour la découvrir mais si vous ne pouvez y être en direct, pointez-vous le nez sur ce blogue dès 6h00 demain pour la connaître.

Troisième bloc - vers 17h50

Crédit photo: Nicola-Frank Vachon
Lucien Ratio, script-éditeur et metteur en scène, nous entretiendra de la 4e édition du Beu-Bye, la revue de l'année produite à Québec.

Beu-Bye 17
La Bordée
Du 15 au 30 décembre
En savoir plus

Quatrième bloc - vers 18h 10


Charlie Jutras, comédienne et auteur, ainsi que Karina Werneck Assis, metteuse en scène, occuperont les sièges des invités pour nous parler d'un spectacle qui s'intéresse à la relation de couple avec humour.

J'adore
Premier acte
Du 14 au 16 décembre
En savoir plus

Bon théâtre et bonne danse !

dimanche 10 décembre 2017

Les mises en nominations aux Prix de l'AQCT à Montréal: et les finalistes sont?

C'est maintenant au tour des critiques de Montréal d'annoncer les finalistes parmi les nombreux spectacles et artisans de Montréal. Voici donc les nominéa dans chacune des catégories. Bonne chance aux finalistes!

Un commentaire de Robert Boisclair (largement inspiré du communiqué de presse)


Dans l'oeil des critiques
L’Association québécoise des critiques de théâtre (AQCT) annonce (enfin!) les finalistes pour les Prix de la critique 2016‐2017 dans huit catégories, à Montréal. Notez qu’en raison d’ex-aequo une catégorie compte plus de trois finalistes. Les lauréats seront dévoilés lors d’un événement public qui aura lieu le 18 décembre au Café d'art vocal (1223, rue Amherst)  de 18h à 20h. Nous vous attendons en grand nombre.

Dans la catégorie « Meilleur spectacle Montréal »

  • J’aime Hydro, une enquête citoyenne de Christine Beaulieu mise en scène par Philippe Cyr et produite par Porte Parole et Champ gauche, avec la participation du FTA (épisodes 1-3) et présentée à l’Usine C.
  • Dans la tête de Proust, un texte drôle et intelligent, écrit et mis en scène par Sylvie Moreau, produit par OMNIBUS le corps du théâtre et présenté à l’Espace Libre.
  • Toccate et fugue, un texte troublant d’Étienne Lepage mis en scène par Florent Siaud et produit par et pour le Centre du Théâtre d’Aujourd’hui.


Dans la catégorie « Meilleure mise en scène Montréal »

  • 1984, le roman culte de George Orwell, adapté par Robert Icke et Duncan Macmillan, traduit par Guillaume Corbeil était mis en scène par Édith Patenaude et présenté en coproduction par le Théâtre Denise-Pelletier et le théâtre du Trident, à Denise-Pelletier. 
  • Le royaume des animaux, une pièce de Roland Schimmelpfennig, traduite et adaptée par Angela Konrad et Dominique Quesnel, mise en scène par Angela Konrad. La production du Théâtre de Quat’Sous et La Fabrik était présentée au Quat’Sous. 
  • Mes enfants n’ont pas peur du noir, un texte de Jean-Denis Beaudoin mis en scène par Édith Patenaude, présenté par les Productions de La bête noire au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui.


Dans la catégorie « Meilleur texte Montréal »

  • J’aime Hydro, un texte de Christine Beaulieu publié chez Atelier 10, mis en scène par Philippe Cyr, produit par Porte Parole et Champ gauche - et présenté à l’Usine C.
  • Gamètes, un texte de Rébecca Déraspe publié chez Atelier 10, mis en scène par Sophie Cadieux et produit par Les Biches Pensives en codiffusion avec La Manufacture pour la Petite Licorne.
  • Mes enfants n’ont pas peur du noir, un texte de Jean-Denis Beaudoin publié chez L'Instant Scène et mis en scène par Édith Patenaude, présenté par les Productions de La bête noire au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui.


Dans la catégorie « Scénographie Montréal »

  • Manifeste de la Jeune-Fille. Max-Otto Fauteux signe les décors du spectacle d’Olivier Choinière, coproduit par l’Espace Go et l’Activité et présenté à l’Espace Go.
  • Tartuffe. Max-Otto Fauteux signe la scénographie du spectacle produit et présenté au TNM en collaboration avec UBU compagnie de création, sous la direction de Denis Marleau. 
  • Mes enfants n’ont pas peur du noir. Jean-François Labbé signe la scénographie et les éclairages du texte de Jean-Denis Beaudoin, mis en scène par Édith Patenaude et présenté par les Productions de La bête noire au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui.


Dans la catégorie « Interprétation féminine Montréal » 

  • Christine Beaulieu pour son propre rôle dans J'aime Hydro, un texte qu’elle signe et dans lequel elle était dirigée par Philippe Cyr. Le spectacle est une production Porte Parole et Champ gauche, en coproduction avec le FTA.
  • Sophie Desmarais pour le rôle de Marta Hillers dans la pièce Une femme à Berlin d'après le livre de Marta Hillers, sous la direction de Brigitte Haentjens. Le spectacle était produit par l’Espace Go, Sybillines et le Théâtre français du CNA.
  • Micheline Bernard pour le rôle de Miss Brodie dans Des promesses, des promesses, un texte de Douglas Maxwell traduit par Maryse Warda et dirigé par Denis Bernard. Le spectacle est une production de la Manufacture.


Dans la catégorie « Interprétation masculine Montréal »

  • Théodore Pellerin, pour le rôle de Tommy dans Yen, un texte d’Anna Jordan traduit par David Laurin, dirigé par Jean-Simon Traversy et présenté Lab87  par Lab87 en codiffusion avec La Manufacture, à la Petite Licorne.
  • Emmanuel Schwartz pour le rôle de Tartuffe dans Tartuffe, d’après Molière, une production TNM en collaboration avec UBU compagnie de création, présentée au TNM et dirigée par Denis Marleau.
  • Steve Gagnon pour le rôle de Sam dans Mes enfants n’ont pas peur du noir de Jean-Denis Beaudoin, une production de La bête noire dirigée par Édith Patenaude et présentée au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui.


Dans la catégorie « Hors Québec Montréal »

  • 100% Montréal, un spectacle conçu par Helgard Haug, Stefan Kaegi et Daniel Wetzel du collectif allemand Rimini Protokoll. Cette collaboration de la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal était présentée en ouverture de la 11e édition du Festival TransAmériques et interprétée par 100 Montréalais.
  • Des arbres à abattre, un texte de Thomas Bernhard mis en scène par Krystian Lupa, produit par le Teatr Polski we Wrocławiu et présenté dans le cadre de la 11e édition du Festival TransAmériques.
 
  • Lucrèce Borgia, d’après le texte de Victor Hugo mis en scène par Denis Podalydès et présenté à l’invitation de la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal par la Comédie française au TNM.


 Dans la catégorie « Jeune public Montréal »

  • Le ciel des ours, un spectacle de Fabrizio Montecchi présenté par le Teatro Gioco Vita, à la Maison théâtre. 
  • Histoire à plumes et à poils, un texte de Marie-Hélène Larose-Truchon, David Paquet et Érika Tremblay-Roy mis en scène par Érika Tremblay-Roy présenté par Le Petit Théâtre de Sherbrooke à la Maison Théâtre. 
  • Ogo, une création d’Isabelle Payant et du Théâtre des Petites Âmes, présentée elle aussi à la Maison Théâtre. 
  • Trois petites sœurs, un texte de Suzanne Lebeau mis en scène par Gervais Gaudreault et présenté par Le Carrousel – toujours à la Maison Théâtre.


Bon théâtre et bonne danse !

samedi 9 décembre 2017

L'UQAM honorera l'artiste de danse Louise Lecavalier

L'Université du Québec à Montréal (UQAM) décernera un doctorat honoris causa à la chorégraphe et danseuse Louise Lecavalier. La remise de la distinction aura lieu le 15 décembre à l'occasion d'une représentation du spectacle des finissants en danse de l'UQAM.

Un billet de Robert Boisclair

Crédit photo: Massimo Chiaradia
Avec la remise de ce doctorat, l’UQAM reconnaîtra la prodigieuse créativité de cette danseuse et chorégraphe, ainsi que le rayonnement international de son talent. L’Université saluera sa passion organique de la danse, sa contribution au rayonnement culturel du Québec et du Canada, ainsi que les valeurs d’engagement, de créativité et de communication de son art à un large public qu’elle promeut et que partage le Département de danse de l’UQAM, où elle a déjà enseigné.

Danseuse extrême
Abandonnant le ballet à quatre ans après une seule leçon, elle revient à la danse par la bande à l'occasion d'un spectacle de fin d'année au cégep. Elle rencontre à cette occasion Édouard Lock dans la troupe Nouvelle Aire. Elle s'associera en 1981 à La La La Human Steps pour la pièce Oranges. Débutera alors une longue association qui durera 18 ans. Plusieurs des spectacles de La La La Human Steps mettant en vedette Louise Lecavalier marqueront les esprits.

Danseuse extrême et virtuose exceptionnelle, elle devient rapidement la figure emblématique de la compagnie. Sa technique est unique: puissante, athlétique, acrobatique. Son style personnel l'est tout autant, avec ses cheveux décolorés et ses jambes musclées qui contrastent avec sa voix douce et ses traits délicats. Elle est décrite comme « la danseuse la plus tragique de notre époque ». Titre amplement mérité.

Aujourd'hui, elle tourne avec sa propre compagnie, Fou glorieux, qu'elle a fondée en 2006. La chorégraphe et danseuse sera à Québec cette semaine pour présenter son spectacle Mille batailles au Grand Théâtre de Québec, les 12 et 13 décembre.

Voici une liste partielle des pièces qu'elle a créées, dont plusieurs avec La La La Human Steps :

La La La Human Steps, chorégraphies d'Édouard Lock, tournées nationales et internationales : Oranges, Dishes, Businessman in the Process of Becoming an Angel, Human Sex, New Demons, Infante, c'est destroy, 2 et Exaucé (Salt), 1981-1999

Sound and Vision, 10 spectacles avec David Bowie, 1990

Non, non, non, je ne suis pas Mary Poppins, solo chorégraphié par Louise Lecavalier, 1983

Le Sacre du printemps, chorégraphie de Daniel Léveillé, 1982

Groupe Nouvelle Aire, tournées nationales et européennes, 1978-1981

Bon théâtre et bonne danse!

jeudi 7 décembre 2017

Mécaniques nocturnes: noire machine

La danseuse et chorégraphe Anne Plamondon offre une belle mécanique du mouvement baigné dans un univers aussi noire que la nuit. Le geste coule et s'exprime. Il est mystérieux et expressif.

Une critique de Robert Boisclair

Crédit photo: Michael Slobodian

Si Mécaniques nocturnes est un objet bien rodé, il est bien difficile de décrire ce spectacle en quelques mots. Voici tout de même ce qu'en dit le site de La Rotonde:

Revenir là où tout a commencé, à la source du premier geste, de la première envie : cette ligne horizontale. Avec le temps, autour de celle-ci est venue se greffer cette structure, esquisse du bâtiment imaginé en devenir, jamais achevé, qu’est l’édifice d’une existence. C’est en son cœur, dans son obscurité cachée, que s’élabore la mécanique humaine du geste et de la force qu’il génère. Entre la résistance et l’abandon, il y a la peur, mais tout de même aussi ce mouvement intime, ce battement primitif et animal : la mystérieuse pulsion de créer et de construire, impossible à taire. Le geste précède la pensée et le corps vient nommer, avant que la parole ne dise, la forme nouvelle et la couleur d’un futur naissant. 

Noire machine
Mécaniques nocturnes est une machine bien rodée. Dans une ambiance qui s'apparente au crépuscule, elle multiplie les gestes et les mouvements exprimant le changement, la transformation. L'évolution de la vie. Nous ne sommes pas aujourd'hui ce que nous serons demain. Et celui ou celle que nous sommes en ce moment n'est pas identique à l'humain de la veille.

Dans un décor composé d'une barre de ballet et d'une structure métallique, Anne Plamondon fait corps avec ces objets. S'y colle. La structure et la barre deviennent de véritables partenaires. Un magnifique écrin chorégraphique. À la fois fragile et costaud. Représentation d'un monde en transformation, en changement? D'un monde qui se construit, sans doute. Le changement encore une fois est au coeur du spectacle.

La gestuelle d'Anne Plamondon est faite de contrastes. Elle oscille de l'infiniment petit aux mouvements amples. Elle est précise ou saccadée, lente ou rapide. Malheureusement, il y manque une dose d'émotion. Si le spectacle est techniquement magnifique et que l'on admire le travail physique de l'artiste, une certaine lourdeur s'y glisse créant un détachement chez le spectateur.

À découvrir
Le spectateur ressort de cette noire machine avec une admiration sans borne pour les qualités artistiques d'Anne Plamondon. Une magnifique danseuse et une chorégraphe inspirée qu'il faut découvrir.

Allez-y surtout si vous aimez: le travail d'Anne Plamondon, les questionnements introspectifs, la transformation du corps au contact des objets.

À La Rotonde jusqu'au 8 décembre. Avec Anne Plamondon. Une chorégraphie d'Anne Plamondon. Une mise en scène de Marie Brassard.

Vous voulez en savoir plus? Écoutez notre interview avec Anne Plamondon ici (vers la vingtième minute de l'émission du 4 décembre).

Bon théâtre et bonne danse!

mercredi 6 décembre 2017

Prix de la critique de Québec: et les finalistes sont?

Les membres de l'Association québécoise des critiques de théâtre (AQCT) – des journalistes culturels essentiellement  ont choisi les finalistes parmi les nombreux spectacles et artisans de Québec. Voici les finalistes dans chacune des catégories. Bonne chance aux finalistes!

Un commentaire de Robert Boisclair (largement inspiré du communiqué de presse)


Dans l'oeil des critiques
L’AQCT est fière d’annoncer ses finalistes pour les Prix de la critique 2016-2017 dans huit catégories à Québec. Notez que les lauréats seront dévoilés lors d’un événement public, qui aura lieu le 13 décembre 2017 à la Maison de la littérature (40, rue St-Stanislas) de 17h 30 à 20h. Nous vous attendons en grand nombre.


Dans la catégorie « Jeune public »
  • LES CHOSES BERÇANTES ; conception et mise en scène Véronique Côté ; production Théâtre des confettis
  • RICHARD, POLICHINEUR D’ÉCRITOIRE ; texte Stéphane Georis ; mise en scène Francy Begasse ; adaptation et interprétation : Sylvain Massé ; productions Danalou
  • TERZETTTO ; idée originale, direction artistique et mise en scène Christine Rossignol ; auteurs et interprètes Elizabeth Gaumond, Dominique Grenier, Marie‐Michèle Pharand ; production L’Aubergine 
 
Dans la catégorie « Hors Québec »
  • DES ARBRES À ABATTRE ; production Teatr Polski de Wroclaw
  • ET SI ELLES Y ALLAIENT, À MOSCOU ? ; production Cia Vértice de Teatro ; Rio de Janeiro UN FAIBLE DEGRÉ D’ORIGINALITÉ ; production L’Amicale de production ; Lille
  • FOREIGN RADICAL ; production Theatre Conspiracy ; Vancouver

Dans la catégorie « Meilleure mise en scène »
  • FAR AWAY ; texte Caryl Churchill ; mise en scène Édith Patenaude ; coproduction Théâtre Blanc et Théâtre de l’Escaouette
  • LES MARCHES DU POUVOIR (FARRAGUT NORTH) ; texte Beau Willimon ; traduction David Laurin ; mise en scène Marie‐Hélène Gendreau ; production La Bordée
  • SONGE D’UNE NUIT D’ÉTÉ, texte William Shakespeare ; traduction Michelle Allen ; mise en scène Olivier Normand ; coproduction Le Trident / FlipFabriQue
Dans la catégorie « Meilleur texte »
  • DOGGY DANS GRAVEL ; texte, mise en scène Olivier Arteau‐Gauthier ; production Théâtre Kata
  • FIRE LAKE, VILLE MINIÈRE, 1986 ; texte Maxime Allen ; mise en scène Lorraine Côté ; Théâtre Niveau Parking
  • L’ART DE LA CHUTE ; mise en scène et direction de la création Jean‐Philippe Joubert ; texte et scénario Véronique Côté, Jean‐Michel Girouard, Jean‐Philippe Joubert, Danielle Le Saux‐Farmer, Olivier Normand, Pascale Renaud‐Hébert ; avec la collaboration de Claudia Gendreau, Valérie Laroche, Marianne Marceau ; production Nuages en pantalon
Dans la catégorie « Scénographie »
  • 887 ; scénographie Robert Lepage et Sylvain Décarie ; coproduction Ex Machina et Le Trident
  • DREAMLAND ; scénographie Théâtre Rude Ingénierie en collaboration avec Vano Hotton ; production Théâtre Rude Ingénierie
  • SONGE D’UNE NUIT D’ETE ; scénographie Véronique Bertrand ; coproduction Le Trident / FlipFabriQue
Dans la catégorie « Interprétation féminine »
  • DEBBIE LYNCH‐WHITE, J’accuse ; texte Annick Lefebvre ; mise en scène Sylvain Bélanger ; production Centre du Théâtre d’Aujourd’hui
  • SAVINA FIGUERAS, Les véritables aventures de Don Quichotte ; texte et mise en scène Philippe Soldevila, d'après Cervantès ; coproduction Théâtre Sortie de secours, Pupulus Mordicus et Gataro
  • VALÉRIE LAROCHE, Constellation ; texte Nick Payne ; traduction David Laurin ; mise en scène Jean‐Philippe Joubert ; production Le Trident
Dans la catégorie « Interprétation masculine »
  • DAVID BOUCHARD, Froid ; production La Brute qui pleure
  • JACQUES LEBLANC, L’avare ; texte Molière ; mise en scène Bertrand Alain ; production de La Bordée
  •  ROBERT LEPAGE, 887 ; coproduction Ex Machina et Le Trident
Dans la catégorie « Meilleur spectacle »
  • 887 ; production Ex Machina et Le Trident
  • L’ART DE LA CHUTE ; production Nuages en pantalon
  • SONGE D’UNE NUIT D’ETE ; production Le Trident et FlipFabriQue

Bon théâtre et bonne danse !