20 décembre 2013

C'est le temps des Fêtes et... de la relâche !

Noël se pointe le nez et Les Enfants du paradis s'offrent une pause !  Un peu de paresse pour revenir en forme.

Par Robert Boisclair

Le blogue ainsi que l'émission de radio font une pause pendant la période des Fêtes.  Un repos bien mérité afin de reprendre le collier avec encore plus de vigueur le 6 janvier 2014.  En effet, le blogue et l'émission de radio reviendront vous parler de théâtre et de danse dès le 6 janvier.

Au plaisir de vous y retrouver et d'ici là...

...bon théâtre et bonne danse !

19 décembre 2013

Théâtre jeune public: quelques spectacles à voir en deuxième moitié de saison

Le théâtre jeune public est un théâtre fascinant où l'imaginaire occupe une place importante.  La deuxième moitié de la saison 2013-2014 ne fait pas exception.  Voici notre choix des spectacles à ne pas manquer cet hiver et ce printemps.

Par Robert Boisclair

La variété des pièces proposées par Les Gros Becs rend le choix bien difficile.  Je me risque tout de même, mais que cela ne vous empêche nullement d'aller voir les autres pièces.  Vos enfants y découvriront de petits bijoux, j'en suis convaincu. 

Ô lit est un spectacle de danse pour les enfants de la maternelle à la 3e année du primaire.  Dans ce spectacle, la chorégraphe Hélène Langevin explore quatre moments de l’enfance pendant lesquels bébés, enfants et adolescents font de leur lit le territoire de tous les possibles.  Des premiers mouvements d’éveil aux débordements de l’adolescence, la danse exprime des univers contrastés où la poésie se confronte à l’énergie, et la réalité au rêve.  Cette production, une deuxième collaboration entre la rotonde et Les Gros Becs, sera présentée du 7 au 11 mai.

Conte de la neige se déroule dans les années 70.  Octavio entretient une relation difficile avec son père, un écrivain immigré très peu présent et qui parle français avec un accent horrible.  Heureusement, Octavio a une grand-mère qui tout en regardant tomber la neige, l'aide à construire sa propre identité.  Mis en scène par Philippe Soldevilla, le spectacle s'attarde à la question de l'immigration et de l'identité. Un spectacle pour les jeunes de 9 ans à la 2e année du secondaire.  En salle du 4 au 16 février.

Appels entrants illimités est tout à fait dans le ton de l'univers des adolescents d'aujourd'hui.  Déjanté et peuplé de trois individus bizarroïdes et attachants, Appels entrants illimités est drôle et absurde à souhait !  Un spectacle pour les adolescents présenté du 15 au 18 avril.

Attrape-moi est un spectacle de la troupe de cirque Flip Fabrique.  Cette création multidisciplinaire des arts du cirque contemporain intègre le théâtre et la danse dans une mise en scène dynamique.  Diabolo, jongleries, hula hoop, trampo-mur, acrobaties et Roue Cyr ne sont que quelques-unes des disciplines que propose le spectacle.  Un spectacle à voir du 13 au 23 mars que l'on ait 7 ans ou que l'on soit en 5e année du secondaire.

Bon théâtre et bonne danse !

18 décembre 2013

Théâtre: les pièces à surveiller en deuxième moitié de saison

Les quatre principales salles de Québec nous proposent une belle programmation en deuxième moitié de saison.  Voici notre choix des spectacles à ne pas manquer.

Par Robert Boisclair

Au Trident, la pièce à ne pas manquer est Albertine, en cinq temps de Michel Tremblay, la belle histoire de coeur d'une septuagénaire qui ressasse les moments marquants de son existence.  C'est la pièce à voir au Trident pour le texte de Michel Tremblay, parce que de grandes comédiennes de Québec et Montréal seront de la distribution (Lise Castonguay, Lorraine Côté, Monique Miller, Marie Tifo) et parce que les mises en scènes de Lorraine Pintal ne courent pas les rues à Québec.  J'ai vraiment hâte de voir ces quatre grandes dames du théâtre québécois sur la même scène.  La pièce est présentée du 14 janvier au 8 février.

À la Bordée, je ne veux manquer sous aucun prétexte Frozen, un texte de Bryony Lavery.  Un récit qui s'annonce bouleversant alors qu'une mère, dont l'enfant a été assassiné, une psychiatre et l'assassin de cet enfant se croisent en prison.  La douleur de la perte, le deuil et la guérison seront au coeur de cette pièce.  Frozen sera mis en scène par le réalisateur de cinéma Jeremy Peter Allen qui avait offert aux cinéphiles Manners of Dying de Yann Martel.  Une mise en scène qui promet.  Un contenu percutant.  Une pièce qu'il ne faut manquer sous aucun prétexte.  Au programme de la Bordée du 4 au 29 mars.

La deuxième moitié de la saison 2013-2014 du Périscope offre un bel éventail de pièces aux thématiques variées et, ma foi, intrigantes.  Mon coeur penche toutefois pour Faire l'amour.  Pour le retour du duo Anne-Marie Olivier et Véronique Côté qui m'avait surpris avec Scalpée, le printemps dernier.  Je suis curieux de voir jusqu'où iront les comparses cette fois-ci.  Pour une thématique rarement abordée directement au théâtre, la sexualité. Entre désir et amour, quel choix feront-elles ?  Une pièce de théâtre documentaire basée sur des histoires véridiques et qui parle de désir, d'amours ratées et de rencontres d'âmes soeurs est un spectacle qu'il faut voir.  Absolument !  Du 15 avril au 3 mai.

À Premier acte, il ne faudra pas manquer Femme non-rééducable/Anna P., pièce qui s'intéresse à la journaliste russe Anna Politkovskaïa.  Cette journaliste, morte le jour de l'anniversaire de Vladimir Poutine, s'intéressait au conflit en Tchétchénie qu'elle n'a cessé de dénoncer.  Créée à partir de notes et correspondances écrites par Anna Politkovskaïa, la production utilisera tout l'espace de Premier acte et ses alentours.  Une pièce à voir pour sa réflexion sur le combat de la journaliste.  En salle du 11 au 29 mars.

Bon théâtre et bonne danse !

17 décembre 2013

Danse: à surveiller en deuxième moitié de saison 2013-2014

Si l'automne a été politique, multimédia, adultère et quotidien fou de notre vie moderne, l'hiver et le printemps s'annonce tout aussi variés et intéressants à la rotonde. 

Par Robert Boisclair

La première production sera Me So You So Me, une production de la compagnie Out Innerspace Dance Theatre de Vancouver.  Un spectacle intriguant qui allie culture populaire et histoire japonaises, rythmes classiques de la tabla indienne et... dessins animés !  Des personnages prennent vie, puis se métamorphosent en créatures énigmatiques qui s'amusent à révéler comment on se projettent dans le regard de l'autre. Le spectacle sera présenté du 23 au 25 janvier 2014.

Mars sera occupé avec deux productions.  Les mêmes yeux que toi, première oeuvre solo d'Anne Plamondon, sera présentée les 6, 7 et 8 mars.  Inspirée de la schizophrénie de son père, la délicate question de la maladie mentale y sera abordée.  La chorégraphe et interprète est assistée de la metteure en scène Marie Brassard.  Entre grâce et dépossession, elle tangue et glisse, incarnant tantôt un homme disloqué, tantôt une femme témoin du naufrage d'un père qui bascule dans la folie.  Les 20 et 21 mars Karine Ledoyen revient avec son spectacle sur le thème de l'air, Trois paysages.  Machine à vent et mur de papier meublent l'univers de Trois paysages.

Tragédie, qui a fait un tabac au Festival d'Avignon, sera présenté un seul soir à Québec, soit le 27 avril.  Dans ce spectacle, neuf hommes et neufs femmes, entièrement nus, se fondent, disparaissent et se mélangent.  Bref, un état de corps originel.  Du 1er au 3 mai, la rotonde accueille la chorégraphie de la jeune chorégraphe Annie Gagnon intitulée Noire.  Métaphore du temps qui passe, la pièce est née des ruines de vies à l’envers, là où l’espoir tranquille jaillit de sous les décombres.

La saison se termine les 29, 30 et 31 mai avec The Tempest Replica, le spectacle que j'ai le plus hâte de voir.  Sans doute parce qu'il unit la danse et l'univers shakespearien de La Tempête.  Le spectacle est présenté par la chorégraphe vancouvéroise Crystal Pite qui transforme La Tempête par une approche quasi-cinématographique de la danse.  The Tempest Replica superpose deux mondes parallèles où s'orchestrent des jeux de trahison, de vengeance et de pardon.  Crystal Pite offre une vision moderne du classique du XVIIe siècle.

Bon théâtre et bonne danse !

16 décembre 2013

En complément: émission du 16 décembre

La série En complément, vous offre de l'information complémentaire à l'émission de la semaine: des vidéos, des hyperliens ou des photos des spectacles discutés à l'émission.  Doublez votre plaisir en écoutant Les Enfants du paradis et en consultant l'information complémentaire offerte ici.

Par Robert Boisclair

Venez découvrir ici l'article de Véronique Demers de Québec Hebdo sur les Contes à à passer le temps (à la Maison Chevalier du 20 au 22 décembre) et ici la pages Facebook des Contes pour tout savoir de la production.  Maxime Robin, Noémie O'Farrell et Sophie Grenier-Héroux de la production seront à l'émission de ce soir pour nous en parler.

Découvrez la bande-annonce du cycle wagnérien de Robert Lepage ici ainsi que l'article Wikipédia du Ring de Wagner sur, entre autres, la genèse de la tétralogie et les étapes de la création, ainsi qu'une courte interview de Bernard Gilbert, notre invité, sur le livre Le Ring de Robert Lepage.  Une aventure scénique au Metropolitan Opera.

Les Enfants du paradis feront relâche pendant les Fêtes et seront de retour le lundi 6 janvier 2014.

Bon théâtre, bonne danse et bon temps des Fêtes !

Contes pour adultes, opéra et théâtre aux Enfants ce soir.

Que deux sujets ce soir mais deux sujets à écouter sans faute, pour savoir comment passer un Noël pas comme les autres !

Par Robert Boisclair

Le théâtre de La Vierge folle revient avec sa troisième édition des Contes à passer le temps.  Maxime Robin, Noémie O'Farrell et Sophie Grenier-Héroux viendront nous faire peur avec leurs contes pour adultes.  Les Contes à passer le temps seront présentés à la Maison Chevalier du 20 au 22 décembre.

Bernard Gilbert viendra nous entretenir de son livre Le Ring de Robert Lepage.  Une aventure scénique au Metropolitan Opera.  Bernard Gilbert était directeur de production pour ce spectacle et il viendra nous faire découvrir les coulisses de la production de la tétralogie de Wagner par Ex-Machina.  Une aventure fascinante qu'il décrit merveilleusement bien dans son livre.

Bon théâtre et bonne danse !

15 décembre 2013

Théâtre: à la découverte de Viande à chien

Séraphin des Belles histoires des pays d'en haut et du roman Un homme et son péché reprend du service en version théâtrale au Périscope dès le 14 janvier.  Venez vous mettre l'eau à la bouche en lisant en lisant ce billet.

Par Robert Boisclair

Viande à chien (au Périscope du 14 janvier au 1er février 2014) est une adaptation moderne de la figure de l'avare s'inspirant du roman de Claude-Henri Grignon.  Viande à chien tente de jeter un peu de lumière sur une étrange machine , le capitalisme, qui s'est emparée de nos vies.

Venez découvrir ici une interview autour de l'oeuvre de Claude-Henri Grignon et de la pièce et ici une bande dessinée produite en amont du spectacle.

Bon théâtre et bonne danse !

11 décembre 2013

L'École de danse de Québec s'éclate pour le temps des Fêtes !

Portes Ouvertes et prestations de fin de session animent L'École de danse de Québec jusqu'au 14 décembre.

Par Robert Boisclair

Depuis lundi et jusqu'au 14 décembre, L'École de danse de Québec invite la population à assister aux Portes Ouvertes de la Formation Grand public de l'école.  Le 12 décembre, les étudiants des programmes DEC, AEC et PPMN offriront leur spectacle de fin de session alors que le 14 décembre sera une journée de célébration.  Au programme de cette journée: musicien en direct, festin des Fêtes, tirages, surprises, atelier chorégraphiques et bien plus.

Une occasion à ne pas ratée car vous y découvrirez, peut-être, les futures vedettes de la scène dansée de Québec.

Bon théâtre et bonne danse !

9 décembre 2013

En complément: émission du 9 décembre

La série En complément, vous offre de l'information complémentaire à l'émission de la semaine: des vidéos, des hyperliens ou des photos des spectacles discutés à l'émission.  Doublez votre plaisir en écoutant Les Enfants du paradis et en consultant l'information complémentaire offerte ici.

Par Robert Boisclair

Venez découvrir ici l'article de Catherine Genest de l'hebdomadaire VOIR sur le Gros Show (au Périscope jusqu'au 14 décembre) et ici nos Trois questions à... Lucien Ratio. L'extrait vidéo ci-dessous présente l'animateur de l'émission matinale de Choc-Radio, station au coeur de l'action du Gros Show.


Visionnez un extrait de la pièce de théâtre jeune public Le Porteur qui sera à l'affiche des Gros Becs du 10 au 29 décembre ici, et ici une interview avec André Laliberté autour de son travail au Théâtre de l'Oeil, producteur du spectacle Le Porteur.  Découvrez une courte biographie de nos nouveaux chroniqueurs ici.

Bon théâtre et bonne danse !

Radio poubelle, bestiaire et nouveauté !

Radio poubelle, bestiaire et nouveauté au menu des Enfants du paradis cette semaine.  Venez découvrir nos bonheurs théâtraux de la semaine et les nouveaux chroniqueurs que vous pourrez entendre aux Enfants du paradis en janvier !

Par Robert Boisclair

Venez découvrir ce que Jacqueline Bouchard pense du Gros Show présenté au Périscope jusqu'au 14 décembre, en première partie de l'émission.  L'Gros Show remplit-il ses promesses ?  C'est à découvrir à 17h 30.

Le deuxième bloc de l'émission tournera autour de l'univers bestiaire de la pièce jeune public Le Porteur.  André Laliberté, co-scénariste et metteur en scène, nous parlera de la genèse et de l'histoire de ce spectacle présenté aux Gros Becs du 10 au 29 décembre.

Le troisième et dernier bloc de l'émission vous fera découvrir la nouvelle équipe des Enfants du paradis qui entrera en fonction dès la rentrée de janvier.  Venez découvrir ces nouveaux fous de théâtre qui meubleront votre imaginaire théâtral pour la saison hiver-printemps 2014.

Bon théâtre et bonne danse !

7 décembre 2013

Théâtre: J'ai craqué pour...

La saison théâtrale a débuté sur les chapeaux de roue et nous a offert des spectacles de qualité et d'une grande diversité.  Pour quel spectacle ai-je craqué ?

Par Robert Boisclair

Les quatre principales salles de théâtre de la capitale ont offert du théâtre de très grande qualité cet automne.  Le choix ne sera donc pas facile.  Tout comme, il ne sera pas facile de faire le tour de l'ensemble des spectacles de l'automne.

Le Trident s'est offert un automne de reprises avec Les Aiguilles et l'opium et L'Absence de guerre.  Deux très bons spectacles qu'il faisait bon revoir.  Deux spectacles qui ont fait le plein de spectateurs d'ailleurs.  La Bordée a connu une saison un peu inégale avec trois spectacles, Dévadé, Orphelins et Frontières, qui, s'ils ont connu un succès d'estime pour certains, n'ont pas rempli la salle de la rue St-Joseph.

Les saisons de Premier acte et du Périscope ont été plus touffues.  Premier acte avec La Boîte, Entre vous et moi il n'y a qu'un mur, Nid d'Coucou 5, Coronado et Soledad au hasard et le Périscope avec L'Gros ShowVisage de feu, Billy (les jours de hurlement) et Quand la mer... amenèrent le spectateur dans des univers variés à l'imaginaire parfois fertile.

Parmi toute cette programmation laquelle m'a fait craquer ?  J'avoue que le choix est passablement difficile.  Plusieurs spectacles m'ont conquis ou m'ont transporté dans de merveilleux mondes. De nombreux comédiens m'ont fait vivre de belles et touchantes émotions.  Le monde était parfois sombre, parfois lumineux.  Et le plaisir presque toujours présent.

Mais puisqu'il faut faire un choix, j'y vais avec le spectacle qui me séduit à chaque fois que je le vois et il s'agit de L'Absence de guerre.  Une mise en scène dynamique, qui offrait une convivialité avec le spectateur comme jamais la salle du Trident n'en a offert, jumelée à de magnifiques performances font de ce spectacle un incontournable de la première moitié de la saison 2013-2014 à Québec.  Un spectacle trépidant et humain. C'est le spectacle qu'il fallait voir cet automne.

Et vous ?  Pour quel spectacle avez-vous craqué ?

Bon théâtre et bonne danse !

6 décembre 2013

Critique: L'Gros Show

L'Gros Show propose une incursion dans le monde de la radio poubelle ou à débat et, ma foi, c'est réussi.

Par Robert Boisclair

La station de radio la plus populaire de Québec, Choc-Radio, et leurs animateurs Pat Sauce, Marc "The Truth" Auger, Jane, Philou Durocher, Doc Cliche et Jay-Pi vous invitent dans leur studio. Participez à leurs débats quotidiens, découvrez leur univers une fois les micros fermés et assistez à une crise idéologique et identitaire lorsqu’un homme appelle la station en menaçant de se jeter en bas du pont Pierre-Laporte... Découvrez la limite entre le show et la réalité…

Entre le show et la réalité de ces radios, il y a bien peu de différences.  La musique rock et tonitruante, oreilles sensibles amenez vos bouchons d'oreille pour le moment d'attente avant la pièce ou encore pour les deux pauses bar qui la jalonnent, les discours creux et superficiels, cette manie des animateurs de tout ramener à soi, les concours improvisés et les interviews qui tiennent plus du monologue que du dialogue meublent ces émissions tout comme L'Gros Show.  L'ambiance est sans équivoque celle des radios à débat.  Les amateurs du genre apprécieront, les autres le découvriront souvent avec le sourire et le rire.

L'Gros Show version cabaret, parce qu'il s'agit bien d'un spectacle cabaret ici, reprend, malheureusement, des extraits de ses versions laboratoire.  Ces trois heures de spectacle, présentées à raison d'une heure par mois dans le hall du Périscope, introduisaient les animateurs de la station Choc-Radio.  Ces passages étaient donc du réchauffé pour ceux, qui comme moi, avaient vu au moins un des trois laboratoires.

Le cabaret d'une heure cinquante environ s'étire quelque peu entre les deux pauses bar. La crise identitaire et idéologique tarde quelque peu à arriver.  Mais l'attente en valait la peine.  L'appel amène une brève réflexion sur l'impact des gestes posés par les animateurs de ce type d'émission.  C'est tout à fait dans le ton et le style de ce type d'émission.  Les animateurs se forgent une opinion sur le moment, sans trop réfléchir.  Et c'est ce qui se passe lors du dénouement du Gros Show.

L'Gros Show est un portrait fidèle des stations à débat.  En nous lançant en pleine face le portrait, grossi mais si peu, de ces stations, le metteur en scène Lucien Ratio, suscite le questionnement, la réflexion sur leur rôle mais également sur notre rapport avec ce type de stations.  Pourquoi les Québécois les écoutent-ils ?  Répondent-elles à un besoin ? Lucien Ratio n'offre aucune réponse, que des questionnements, et c'est bien ainsi.  C'est, peut-être, sa seule chance d'amener des auditeurs de ce type de radio à passer voir le spectacle.

Les performances des comédiens sont excellentes.  L'ensemble de la distribution est fantastique dans l'interprétation de personnages unidimensionnels et caricaturaux au maximum.  Je tiens à souligner l'interprétation de Patric Saucier en animateur au gros bon sens.  Le retournement de situation donne à Patric Saucier une des scènes les plus intenses du spectacle.  Un petit conseil, ne mettez jamais Patric Saucier en rogne, vous risquez de le regretter.

Que vous soyez amateurs des radios à débat ou non, allez voir ce spectacle.  Pour son allure décontracte, pour la bière gratuite (remise sur présentation de votre billet), pour son humour ou, surtout, pour voir un très bon spectacle.

Au Périscope jusqu'au 14 décembre.  Avec Patric Saucier, Marc Auger, Philippe Durocher, Jeanne Gionet-Lavigne, Benoît Cliche, Jean-Philippe Côté et Maxime René de Cotret.  Un texte et une mise en scène de Lucien Ratio. 

5 décembre 2013

Théâtre: des images du spectacle L'Gros Show

L'Gros Show débute ce soir au Périscope et pour vous mettre l'eau à la bouche, voici quelques images des laboratoires préparatoires au spectacle.

Par Robert Boisclair

L'Gros Show (au Périscope les 5, 6, 7, 12, 13, et 14 décembre) raconte l'histoire suivante (telle que décrite par l'auteur et metteur en scène du spectacle, Lucien Ratio):

La station de radio la plus populaire de Québec, Choc-Radio, et leurs animateurs Pat Sauce, Marc The Truth Auger, Jane, Philou Durocher, Doc Cliche et Jay-Pi vous invitent dans leur studio. Participez à leurs débats quotidiens, découvrez leur univers une fois les micros fermés et assistez à une crise idéologique et identitaire lorsqu’un homme appelle la station en menaçant de se jeter en bas du Pont-Pierre Laporte... Découvrez la limite entre le Show et la Réalité…

L'Gros Show c'est aussi un site web officiel complet avec des photos et des vidéos des animateurs.  Vous y retrouverez également de l'information pertinente sur le spectacle. Vous trouvez ci-dessous  deux des trois laboratoires, présentés en septembre et octobre et qui sont un prélude au spectacle en salle.



Bon théâtre et bonne danse !

4 décembre 2013

Le meilleur du théâtre de la relève !

Première Ovation - Théâtre a décerné samedi dernier sa bourse pour le meilleur spectacle de la relève.  Et le gagnant est... ?

Par Robert Boisclair

Lors de la soirée de clôture du Festival du jamais lu au Périscope samedi dernier, Première Ovation - Théâtre a décerné sa bourse pour le meilleur spectacle de la relève à Viande, création de la troupe de théâtre La Vierge folle.

Ce prix souligne l'excellence d'une production de la relève de Québec s'étant distinguée pour sa créativité et son audace.  La Vierge folle se mérite une bourse de 4000 $.

Vous pouvez découvrir La Vierge folle et ses productions sur Facebook.

Bon théâtre et bonne danse !

3 décembre 2013

Théâtre jeune public: Trois questions à... Patrice Charbonneau-Brunelle

Trois questions à... est une série qui permet de découvrir, en trois questions, des spectacles d'artistes et d'artisans du théâtre et de la danse qui aiment leur métier et le pratique au quotidien.

Par Robert Boisclair

Patrice Charbonneau-Brunelle est le scénographe de la pièce Un château sur le dos présentée aux Gros Becs du 3 au 8 décembre.  Les Enfants du paradis lui posent trois questions au sujet de ce spectacle.

1) Les Enfants du paradis: Pour Patrice Charbonneau-Brunelle, en quoi consiste le métier de scénographe ?

Patrice Charbonneau-Brunelle: On m’a déjà dit qu’une scénographie se devait d’être une œuvre incomplète par elle-même car tout comme le texte, le jeu, la mise en scène et même le public, elle n’est complétée qu’une fois présente dans la production théâtrale.

Une scénographie est pour moi le parcours physique d’une pièce. C’est une mise en espace qui évolue par les corps, les mots et la lumière qui l’habitent. La conception des décors, costumes et accessoires d’un spectacle a une importance dramaturgique car elle joue beaucoup sur le sens donné par le contexte que le scénographe propose. L’image ne voyage-t-elle pas plus vite que le son?

Par les codes sociaux, historiques ainsi que l’accumulation apprise des conventions théâtrales,  la proposition scénographique tisse les premiers liens entre ce que le spectateur connait et ce qui lui est raconté.

L’esthétisme choisi, communique aussi avec l’inconscient des spectateurs par l’abstraction de la couleur, des dimensions et des formes. Selon moi nous tenons trop rarement compte de la portée subliminale de ce que nous voyons.

2) Les Enfants du paradis: Comment êtes-vous devenu scénographe pour Un château sur le dos ?

Patrice Charbonneau-Brunelle
: J’ai eu le plaisir de rencontrer la metteure en scène, Marie-Eve Huot, à l’école nationale de Théâtre du Canada ou nous avons tout les deux étudié. Dès notre sortie elle m’a invité à participer à la première création de sa compagnie, le Cabaret au Bazar. Je crois que nous avons tout les deux compris que notre approche et nos questionnements sur le théâtre étaient parfois similaires, parfois complémentaires et qu’au bout du compte ça marchait très bien. Je pense donc que c’est pour continuer cette collaboration artistique qu’elle m’a invité à participer à cette seconde production.

3) Les Enfants du paradis:  Comment avez-vous traduit l'imaginaire, l'espace d'Un château sur le dos sur scène ?

Patrice Charbonneau-Brunelle: La conception d’Un château sur le dos s’est faite sur une longue période de rencontres, de discussions, d’échange d’images et de laboratoires de création sur la lumière et l’ombre. Le résultat est donc le produit de désirs, de découvertes et d’instinct.  Comme la pièce parle de la guerre et de la guerre vue et comprise par les enfants nous avons pensé utiliser la notion de jeu d’enfants. L’espace représente donc pour moi un no man’s land que la guerre à rendu désertique et ou les personnages de Minodique et Cassabon reproduisent le monde qu’ils connaissent à l’aide des débris qui s’y retrouvent : morceaux de bois, morceaux de ferraille, outils de tisserand laissés là. Nous avons ainsi codifié les deux camps par la matière : celui de Trémendiata par le métal et celui d’Ambauchois par la laine.

Il était important pour Marie-Eve de garder cet espace à la fois épuré tout en gardant une impression de grandeur opératique. Les trois écrans et les deux ‘trottoirs’ nous ont donc permis de respecter cette demande tout en fournissant une grande flexibilité narrative. Nous avons beaucoup misé sur le ludisme et la subjectivité trompeuse des ombres pour habiter l’espace.


Bon théâtre et bonne danse !

2 décembre 2013

En complément: émission du 2 décembre

La série En complément, vous offre de l'information complémentaire à l'émission de la semaine: des vidéos, des hyperliens ou des photos des spectacles discutés à l'émission.  Doublez votre plaisir en écoutant Les Enfants du paradis et en consultant l'information complémentaire offerte ici.

Par Robert Boisclair

Venez découvrir un extrait musical ainsi qu'une interview de Maude Guérin du Chant de Sainte Carmen de la Main (à la Salle Albert-Rousseau les 10, 11, 17 et 18 janvier 2014) ici et un extrait vidéo ici.

L'Gros Show (au Périscope les 5, 6, 7, 12, 13, et 14 décembre) c'est aussi un site web officiel complet avec des photos et des vidéos des animateurs.  Vous y retrouverez également de l'information pertinente sur le spectacle.  Vous trouvez ci-dessous les deux premiers laboratoires présentés en septembre et octobre, prélude au spectacle en salle.




Visionnez un extrait d'Un château sur le dos qui sera à l'affiche des Gros Becs du 3 au 8 décembre ici. Si vous désirez en savoir plus au sujet de la metteure en scène Marie-Ève Huot, vous pouvez consulter cet excellent article du Devoir.

Bon théâtre et bonne danse !

Courage, parodie radiophonique et spectacle musical au programme ce soir.

Trois interviews, trois sujets, une seule émission.  Les Enfants du paradis visitent les univers de la Main, du théâtre pour enfants et de la radio poubelle ce soir.  Une émission à ne pas manquer !

Par Robert Boisclair

L'émission débute en force avec Le Chant de Sainte Carmen de la Main, spectacle qui sera présenté à la Salle Albert-Rousseau les 10, 11, 17 et 18 janvier 2014.  Le metteur en scène René Richard Cyr et la comédienne Eveline Gélinas, nous parlerons de la genèse de ce théâtre musical qui connaît un grand succès partout où il est présenté.

Au deuxième bloc, L'Gros Show débarque aux Enfants.  Edwige Morin nous parlera de ce spectacle qui sera à l'affiche du Périscope les 5, 6, 7, 12, 13 et 14 décembre.  Le théâtre jeune public occupe la troisième et dernière case de l'émission.  Marie-Ève Huot, metteure en scène du spectacle Un château sur le dos, viendra nous parler de ce spectacle présenté aux Gros Becs du 3 au 8 décembre.

Bon théâtre et bonne danse !

30 novembre 2013

Danse: J'ai craqué pour...

Politique, multimédia, adultère et quotidien fou de notre vie moderne ont meublé les spectacles dansés de cet automne.  Lequel a conquis mon coeur ?

Par Robert Boisclair

Si vous êtes un habitué de ce blogue, vous savez sans doute pour quel spectacle de danse j'ai craqué cet automne.  Une chose est sûre, la diversité était au rendez-vous.

La saison a débuté par un spectacle qui s'est ajouté à la dernière minute et intitulé Les cheminements de l'influence.  Une rencontre surprenante entre la danse et la politique. Un être hybride composé de gestes mesurés et remplis d'admiration pour le père de la chorégraphe et danseuse, politologue émérite.  Un spectacle tout en douceur qui abordait la danse et la politique différemment.

Là-bas, le lointain, un spectacle qui allie danse, arts visuels et cinéma s'est amené en octobre.  Deux parties (cinéma et danse), un seul spectacle.  Quatre danseurs de talents dans une chorégraphie qui ne m'a pas transporté mais qui valait le déplacement.

En clôture de saison, Bach: le mal nécessaire.  Sur la merveilleuse musique de Bach, parfois remixée et modifiée, sept danseurs s'exécutent dans une course folle.  Celle de la vie que nous menons.  La lenteur côtoie les mouvements rapides et brusques. L'expression de notre quotidien s'y retrouve de multiples façons.  Un spectacle qui osait la différence.

Le spectacle qui m'a fait craquer cet automne, c'est Foutrement.  Avec sa thématique de l'adultère, la chorégraphe Virginie Brunelle, qui offrait au public de Québec son oeuvre la plus personnelle jusqu'à maintenant, a offert un spectacle magnifique.  J'ai aimé ses chorégraphies dynamiques, énergiques et sensuelles ainsi que son petit côté provocateur et osé.  Elle m'a bouleversé.  J'ai craqué pour Foutrement.  J'espère bien craqué à nouveau pour la prochaine chorégraphie de Virginie Brunelle.

Et vous ?  Avez-vous craqué pour Foutrement ? Pour Bach: le mal nécessaire ? Pour Là-bas, le lointain ?  Ou pour Les cheminements de l'influence ?

Bon théâtre et bonne danse !

29 novembre 2013

Critique: Bach: le mal nécessaire

Un des thèmes de Bach: le mal nécessaire, présenté à la rotonde, est la course folle dans laquelle nous sommes engagés et, ma foi, la chorégraphie de Mario Veillette s'y abreuve abondamment.

Par Robert Boisclair

La course, au sens premier du terme, la musique de Bach bien sûr, mais également des mouvements de lenteur, des grimaces, des mouvements de bouche et de visage ou encore des mouvements sportifs meublent ce spectacle de Mario Veillette. Malheureusement, pour l'amateur de danse en moi, bien peu de mouvements dansés.

Certes, la démarche est intéressante mais elle manque un peu d'unité.  Sans doute, parce que cette course folle qui nous habite est elle-même parfois un peu désorganisée. Le spectateur finit par se perdre dans ce dédale de chorégraphies.  Les propositions sont riches mais il est difficile d'y associer un suite d'émotions.  Émotions qui nous transporteraient du début du spectacle jusqu'à son dénouement.

La première et la dernière chorégraphie de ce spectacle sont celles que j'ai le plus appréciées.  D'ailleurs, j'ai quitté la salle avec le mantra proposé par les danseurs à la toute fin du spectacle.  Et j'en suis certain, la grande majorité des spectateurs.   Et puis, il y a des moments théâtraux que l'amateur de théâtre en moi a grandement apprécié. 

Les danseurs se tirent très bien d'affaire dans ce spectacle.  Il est agréable de voir ces jeunes danseurs se donner à fond.  Sortir du moule de la danse traditionnelle.  Tout comme Mario Veillette d'ailleurs.  Les mouvements de lenteur, inspirés de la danse butô, ajoute une fine touche au spectacle.  Un effet qui suscite une réflexion sur cette course folle qui nous anime et qui est en trame de fond du spectacle.

Bach: le mal nécessaire est un spectacle qu'il vaut la peine de voir.  Pour découvrir la génération montante de danseurs de Québec, pour la musique de Bach, merveilleuse, et pour des chorégraphies qui s'invitent dans les sentiers de notre quotidien fou d'hommes et de femmes des années 2010.

Une présentation de la rotonde à la salle Multi de Méduse jusqu'à samedi.  Avec Josiane Bernier, Maryse Damecour, Ariane Dubé-Lavigne, Amélie Gagnon, Annie Gagnon, Isabelle Gagnon et Fabien Piché.  Une chorégraphie de Mario Veillette.