30 août 2014

Le Périple: voyage au coeur de la différence et de l'amour

De petits personnages, un lieu atypique et une fabuleuse aventure humaine sont au coeur de ce Périple que l'UBUS THÉÂTRE présente dans le stationnement du Périscope du 4 au 20 septembre.

Une critique de Robert Boisclair

Crédit photo: Martin Genest

L'UBUS THÉÂTRE convie 32 spectateurs dans un autobus scolaire jaune garé dans le stationnement du Périscope. À l'aide de marionnettes au format réduit, de quelques accessoires, d'une bande sonore et de quelques effets d'éclairage, les comédiens manipulateurs entraînent les spectateurs dans un périple qui va du Liban au Québec en passant par l'Égypte et l'Italie.

L'histoire est celle d'un grain de sable qui parcours le monde et apprend la vie au fil de ses rencontres. Notamment, celle d'un vieil homme et de son bus scolaire. Un conte tout en philosophie. Une histoire où chaque individu est différent tel un grain de sable mais qui, comme celui-ci, a besoin d'être avec d'autres grains de sable pour faire une plage et constituer une communauté.

«Le petit de grain de sable minuscule qui voyage depuis des milliers et des milliers d’années n’a jamais été remarqué par personne auparavant. C’est le regard du vieil homme qui lui a donné vie. Le jour où le vieil homme l’aperçoit, il l’observe longuement et réalise alors, au moment de quitter cette terre, que son existence est plus petite que celle du grain de sable et en même temps plus grande que tout ce que son imagination aurait pu imaginer.  Le grain de sable est la dernière chose que le vieil homme verra avant de mourir.» - Agnès Zacharie

Agnès Zacharie et Éric Leblanc, son complice pour la série de représentations à Québec, offre un spectacle tout en douceur et en intimité. Ils invitent le spectateur dans un univers empli d'amour. L'amour de la vie d'abord. De la découverte ensuite. Puis de l'amour. Filiale, puisque l'histoire est celle du père d'Agnès Zacharie. Un homme qui a marqué la vie de la comédienne mais qui marque également celle du spectateur. Un spectacle émouvant où l'amour de la vie et le bonheur de vivre dominent. On quitte le bus avec le regret de ne pas avoir connu cet homme.

De pas son exiguïté le lieu, un bus scolaire, favorise l'intimité avec les comédiens, les personnages et les spectateurs. Une intimité à-propos pour une histoire à la fois intime et universelle. Nous sommes tous différents et embarqués dans la même belle aventure de la vie. Un beau conte philosophique.

Les manipulateurs font des merveilles avec quelques accessoires. Un morceau de tissu qui se transforme en pyramide d'Égypte puis en robe ou une pièce en tôle qui amène le spectateur au coeur de l'océan, tout cela ajoute une touche d'émerveillement à ce conte.

Un spectacle à voir mais faites vite car il n'y a que 32 places à chaque représentation.

En représentation au Périscope du 4 au 20 septembre. Avec Éric Leblanc et Agnès Zacharie. Une mise en scène de Martin Genest.

Apprenez en plus sur ce spectacle en consultant notre Trois questions à... Agnès Zacharie ici et en visitant le site du Périscope ici.

Bon théâtre et bonne danse !

29 août 2014

Les médias sociaux pour rejoindre les amateurs de culture?

Si les médias traditionnels sont toujours un incontournable publicitaire pour les salles de spectacles, les médias sociaux ne sont pas à négliger pour autant car ils font partie intégrante de la vie des Québécois.

Par Robert Boisclair

Une étude du Cefrio publiée en juin dernier, et dont Infopresse a fait écho, le démontre clairement. En effet selon cette étude, huit adultes sur dix effectuent au moins une activité sur les réseaux sociaux lorsqu’ils sont branchés. Proportion qui atteint même 100% chez les 18-24 ans et 97,5% chez les 25-34 ans. Les médias sociaux font donc bel et bien partie intégrante de la vie des Québécois.

Les salles de spectacles, particulièrement de théâtre et de danse, devraient les utiliser abondamment. Alors que la rotonde assure une présence régulière auprès de certains médias sociaux, les théâtres de Québec sont peu présents. Une occasion ratée de se gagner de nouveaux spectateurs, chez les jeunes comme les moins jeunes. À chaque jour, près d'un adulte sur deux y consultent du contenu.

Bien sûr, le plein de nouveaux spectateurs ne se fera pas en un jour et avec un seul média social. Mais l'opportunité est là et les théâtres de Québec ne semblent pas la saisir. Sauront-ils la saisir au cours de la saison qui débute?

Bon théâtre et bonne danse!

27 août 2014

Le Périple

Le premier spectacle à prendre l'affiche du Périscope est résolument intimiste. Venez découvrir en quelques images, ce spectacle unique qui s'offre à vous dans un autobus scolaire.

Par Robert Boisclair

Le Périple, à l'affiche du 4 au 20 septembre pour une poignée de spectateurs à chaque représentation, raconte l'histoire d'un petit grain de sable issu d'une étoile qui voyage depuis des milliers d'années. Son périple l'amène sur terre, dans le désert d'Égypte. Porté par le vent, il traverse le temps et l'espace puis se pose un instant à Tadoussac. Il y fait la rencontre d'un vieil homme qui, au crépuscule de sa vie, est toujours habité par un rêve : faire découvrir à ses semblables la beauté et la magie de ce qui les entoure.

Pour vous mettre l'eau à la bouche, voici quelques images de ce spectacle dont le succès ne se dément pas partout où il passe.



Pour en savoir plus sur ce spectacle, consultez le site web du Périscope ici ou notre Trois questions à... Agnès Zacharie ici.

Bon théâtre et bonne danse!

25 août 2014

Trois questions à... Agnès Zacharie

Trois questions à... est une série qui permet de découvrir, en trois questions, des spectacles d'artistes et d'artisans du théâtre et de la danse qui aiment leur métier et le pratique au quotidien.

Par Robert Boisclair

Agnès Zacharie est auteure, comédienne et marionnettiste. À l'occasion de la présentation de la pièce Le Périple, spectacle intimiste qui est présenté dans un autobus, qui tiendra l'affiche du Périscope du 4 au 20 septembre, Les Enfants du paradis lui posent trois questions.


Agnès Zacharie en compagnie du marionnettiste Pierre Robitaille
devant l'autobus qui sert de salle de spectacle pour Le Périple.
Crédit photo: Christopher Manquillet.

1) Les Enfants du paradis: D'où est venue l'idée de présenter un spectacle de marionnettes dans un autobus spécialement aménagé en salle de théâtre?

Agnès Zacharie: La création de Ubus Théâtre n’a jamais été préméditée. Un jour, j’ai été happée par une vision. Après la mort de mon père, je me suis vue jouer un spectacle de marionnettes et d’objets miniatures à l’intérieur de l’autobus scolaire qu’il nous avait légué. J’ai eu à ce moment-là la forte impression d’une réalité et non d’un rêve. Que tout ce que j’avais imaginé se produirait dans un avenir rapproché. Je me lançai aussitôt dans l’aventure. Rien ne pouvait m’arrêter, j’avais la certitude et la foi en ce projet.

Que ce soit sur le plan artistique, administratif ou humain, la magie avec laquelle la naissance de notre petit théâtre a vu le jour est renversante. Tous ceux qui ont aidé à sa naissance étaient portés par ce projet rassembleur, universel et  inusité. Et par l’aura de mon père…

Je m’en souviens comme si c’était hier. Lorsque je fermais les yeux, j’imaginais un terrain de jeu où les marionnettistes seraient les maîtres. Tout se transformerait comme par magie sous leurs mains; la construction et la déconstruction des univers se succèderaient, les personnages apparaîtraient et disparaîtraient, la lumière et le son feraient le jour et la nuit, le vent et la pluie, la mer et le désert.

Ce théâtre de prestidigitation servirait le récit et lui donnerait vie par des images qui s’inventeraient au fur et à mesure que l’histoire se raconterait. Tout se bâtirait devant les yeux des spectateurs amusés, heureux d’être aux premières loges. Les marionnettistes feraient figures de magiciens et la promiscuité et l’étroitesse de l’autobus jaune permettraient un échange privilégié avec le public. C’est exactement cette vision que nous avons fait naître...

2) Les Enfants du paradis: La proximité du public permet-elle de mettre l'accent sur des moments très intimes du récit?

Agnès Zacharie
: Ubus Théâtre est un théâtre de proximité ouvert sur le monde où la rencontre et l'aventure humaine sont au rendez-vous. La promiscuité de notre petit théâtre permet une grande intimité avec notre public, à la limite du chuchotement.

À l’heure des relations cybernétiques, du dépassement de soi et de la compétitivité, l’humanité semble s’être effacée. Nos sociétés modernes nous donnent l’impression d’être seuls parmi des milliers. Pourtant, tout cela n’est que mirage car à bord de notre petit théâtre forain, le temps s’arrête et le mot «communauté» reprend tout son sens. Petits et grands enfants y entrent tout doucement. Nous nous reconnaissons, nous nous regardons, nous nous saluons. Une parcelle d’éternité brille dans nos yeux et nos cœurs battent à l’unisson d’une histoire racontée…

Et puis, quand celle-ci se termine tout doucement, on ne veut plus se quitter. On parle un peu. Du spectacle, bien sûr, mais surtout de leur vie à eux. Notre histoire fait naître des confidences. C’est la vie partagée, les accolades données, les sourires, les pleurs et les au revoirs qui cachent l’espoir d’une prochaine ballade à bord de notre autobus stellaire…

3) Les Enfants du paradisLe Périple est présenté dans un autobus, est-ce un spectacle autour du thème du déplacement, du mouvement?

Agnès Zacharie: Oui. Le Périple est une fable philosophique qui utilise le conte et la marionnette comme moyens d’expression. Dans ce récit allégorique, nous suivons le périple d’un grain de sable minuscule, issu d’une étoile et qui voyage à travers l’espace et le temps depuis des milliers d’années. À son arrivée sur la terre, il se retrouve dans le désert d’Égypte. Son périple, ponctué de rencontres et de différents univers, l’entraînera jusqu’à Tadoussac. Il y fera la rencontre d’un vieil homme dont le dernier rêve fut de posséder un autobus jaune pour balader les gens dans l’espoir de leur faire découvrir ce que la nature offre de merveilleux, sa générosité.

Le vieil homme est au cœur du récit. C’est à travers le voyage du grain de sable que le spectateur le découvre et c’est par le regard du vieil homme que le grain de sable existe.

Le petit de grain de sable minuscule qui voyage depuis des milliers et des milliers d’années n’a jamais été remarqué par personne auparavant. C’est le regard du vieil homme qui lui a donné vie. Le jour où le vieil homme l’aperçoit, il l’observe longuement et réalise alors, au moment de quitter cette terre, que son existence est plus petite que celle du grain de sable et en même temps plus grande que tout ce que son imagination aurait pu imaginer.  Le grain de sable est la dernière chose que le vieil homme verra avant de mourir.

Apprenez en plus sur ce spectacle en visitant le site web d'Ubus Théâtre ici.

Bon théâtre et bonne danse !


24 août 2014

Semaine des programmations: la saison 14-15 de la rotonde s'éclate!

La programmation 2014-2015 de la rotonde promet! À quels bals nous convie la rotonde? À de grands noms de la danse et à de beaux spectacles bien sûr!

Par Robert Boisclair

En ouverture de saison, la rotonde offre Gustavia, un face-à-face chorégraphique inspiré de l'univers burlesque. En représentation les 24 et 25 octobre. Danse de garçons de la chorégraphe de Québec Karine Ledoyen, en codiffusion avec le Périscope, sera à l'affiche les 4, 5, 6, 7 et 9 novembre. De la danse avec sept comédiens qui avaient le désir de vivre leur corps plutôt que leurs mots. Une production brute au caractère très masculin.



Les 27, 28 et 29 novembre, la rotonde présente un spectacle double avec Femmes-bustes et Les Femmes de la lune rouge. Deux chorégraphies inspirées des expositions Les Maître de l'Olympe pour Femmes-Bustes et Samouraï pour Les Femmes de la lune rouge qui transportent le spectateur au coeur même des univers de ces deux expositions.

Les Femmes de la lune rouge
Crédit: Nicola Frank Vachon - Perspective
La portion automne de la programmation 14-15 se terminera avec Usually Beauty Fails, les 9, 10 et 11 décembre. Un spectacle à la croisée du concert rock et du spectacle de danse qui s'attaque au jeu de la séduction en s'abreuvant des clichés de la culture pop et de la danse.

L'hiver s'ouvre avec un deuxième programme double.  Idiom et Ruminant ruminant tiendront l'affiche les 22, 23 et 24 janvier. Idiom propose le métissage des codes canadiens et africains. Le longiligne Brice Noeser, chorégraphe et danseur de Québec, poursuit son exploration de la pensée, de la parole et du mouvement avec Ruminant ruminant.


Les chaises, en codiffusion avec Les Gros Becs s'amène le 15 février. Ce spectacle de Pierre-Paul Savoie s'inspire des Chaises d'Eugène Ionesco. La danseuse icônique Louise Lecavalier sera de la programmation le 31 mars avec So Blue. Cette première création chorégraphique de la danseuse offre aux spectateurs un corps qui devient à la fois un objet de défi et un organisme sculptural.



La scène de la Salle Multi de Méduse accueillera un spectacle qui propose une vision rafraîchissante du célèbre Roméo et Juliette de Shakespeare. Trois représentations du spectacle Symphonie dramatique sont programmées les 16, 17 et 18 avril.

Ravages transporte le spectateur dans un jardin irréel d'une étrange beauté et tapis quelque part aux confins de la psyché humaine où des êtres se transforment au fil des saisons qui passent.  À l'affiche du 6 au 8 mai.



Le spectacle fusion Quotient empirique sera le dernier spectacle de la saison 14-15. Un spectacle métissé aux allures et aux sons de breakdance, de hip-hip et de danse contemporaine.

Pour en savoir plus sur la programmation de la rotonde, consultez le site web du théâtre.

Bon théâtre et bonne danse!

23 août 2014

Semaine des programmations: deux saisons en une pour Les Gros Becs en 2014-2015!

Un diffuseur, deux saisons. Celle des petits et celle des grands. Voilà ce qu'offre Les Gros Becs pour la saison 2014-2015 aux amateurs de théâtre jeune public.

Par Robert Boisclair

Dix-sept pièces réparties entre les petits (de 1 à 8 ans) et les grands (9 à 17 ans) alliant théâtre bien sûr, mais le cirque, les arts visuels et la danse également. Des spectacles qui feront les délices des amateurs de théâtre jeune public de Québec.

La saison des petits

Parmi les dix spectacles offerts aux petits, il est bien difficile de faire une sélection qui rendra justice à l'offre théâtrale des Gros Becs. Risquons-nous tout de même.

Chübichaï, présenté du 16 au 26 octobre propose un spectacle intimiste où l'univers se crée sous les yeux des spectateurs. Avec de la terre crue, des pigments, des feuilles mortes et du fil de chanvre, deux comédiennes créent des personnages. Un spectacle français qui fera les délices des plus jeunes comme des plus vieux.

Play, une autre production française, sera à l'affiche du 7 au 10 mai. Un spectacle ludique, musical et théâtral où une comédienne joue à inventer des univers à base de ruban adhésifs, cubes, figurines et petites voitures. De défis en découvertes et au rythme de la musique en direct se construisent villes, ciel, piano, routes ou tipi.

Play
Crédit: Frédéric Desmesures

Avec L'histoire du grillon égaré dans un salon, l'artiste multidisciplinaire Claudie Gagnon créera sur scène une installation visuelle. Dans un vaste salon-bibliothèque un enfant découvre que les objets se dédoublent, les tableaux prennent vie, les miroirs parlent et le mobilier s'anime. Le lieu devient rapidement un endroit magique où tout est possible. Le spectacle tiendra l'affiche du 17 au 24 mars.

Dans le noir, les yeux s'ouvrent occupera les planches des Gros Becs du 30 octobre au 9 novembre. Cette production de théâtre et de cirque raconte l'histoire d'Estelle qui voit sa chambre volée en éclats alors qu'elle se pose mille questions. À travers une suite de tableaux physiques, elle amorce un périple qui lui fait découvrir les forces de l'univers et la puissance de sa curiosité.

La saison des grands

Un choix tout aussi difficile que pour les petits mais risquons-nous à nouveau.

Les Chaises tiendront l'affiche du 11 au 15 février. Ce spectacle de danse en codiffusion avec la rotonde s'inspire de la pièce de théâtre Les Chaises d'Eugène Ionesco. Deux vieillards s'inventent une ribambelle d'invités invisibles pour tromper l'ennui. Parmi les invités, celui qui est attendu de tous, l'orateur qui vient livrer au monde le message d'un des vieillards et celui que les enfants souhaitent pour la suite du monde.

Le bruit des os qui craquent est un spectacle touchant autour du thème des enfants-soldats. La pièce de Suzanne Lebeau qui s'est méritée de nombreux prix, sera à l'affiche du 19 au 21 novembre. Un incontournable qui sensibilise les jeunes comme les adultes à des réalités où les droits des enfants sont bafoués. Un texte à deux voix qui pose la question suivante: comment grandir et rester humain, quand les repères s'effacent devant la brutalité quotidienne?

Le bruit des os qui craquent
Crédit: François-Xavier Gaudreault

Les 26 et 27 mars, Les Gros Becs présentent la pièce au titre intriguant de Ik Onkar. Ce titre, qui vient des sikhs, pourrait se traduire par "Le créateur dans la création et la création dans le créateur". Trois jeunes se retrouvent sur le toit de leur école pour discuter de tout et de rien. Leurs sujets de discussion et leurs états d'âme sont variés. Ik Onkar dresse le portrait d'une génération qui cherche une place à son image au sein d'une société qui ne l'est pas.

Pour en savoir plus sur la programmation des Gros Becs, consultez le site web du théâtre.

Bon théâtre et bonne danse!

22 août 2014

Semaine des programmations: le Trident avive la flamme théâtrale en 2014-2015

Anne-Marie Olivier lance sa première programmation complète au Trident sous le thème Aviver le feu. Elle offre aux spectateurs de brûler d'une possible fièvre avec elle!

Par Robert Boisclair

Anne-Marie Olivier ouvre la saison du Trident avec un chant choral mettant en vedette 50 comédiens et un artiste de la chanson différent à chaque représentation. Chante avec moi sera mis en scène par Olivier Choinière et occupera les planches du Trident du 16 septembre au 11 octobre. Cinquante personnages s'emparent de la scène pour créer sous les yeux des spectateurs une chanson qui attire des gens de toutes les classes et de toutes les cultures. Une fable que l'on dit singulière et perturbante.

Vania prendra l'affiche du 4 au 29 novembre.  Anton Tchekhov, l'auteur de la pièce, y pose un regard sur le quotidien, le temps qui fuit, le bonheur et l'existence.  Le rôle-titre sera interprété pas Hugues Frenette.  Une production mise en scène par Marie Gignac qui fait un retour au Trident après une absence de cinq ans. Une des deux productions du répertoire classique qu'offre le Trident en 2014-2015.

La troisième production de la saison 2014-2015 fait la part belle à un auteur britannique que le public québécois ne connaît pas. Dans la république du bonheur de Martin Crimp tiendra l'affiche du 13 janvier au 7 février. À l'occasion d'un repas de Noël, l'arrivée de l'oncle Bob le ternira ainsi que la soirée alors qu'il s'y présente pour déverser toute la haine et le dégoût qui l'habitent. Une pièce sur la liberté individuelle à l'intérieur de la collectivité.

Du 3 au 28 mars, le Trident présente la très touchante et humaine pièce de Kevin McCoy, Norge. Présentée à deux reprises en laboratoire, Norge raconte avec humour et humanité la quête de ses racines norvégiennes par l'auteur. À travers l'histoire de sa grand-mère, il raconte sa découverte d'un pays fantastique et d'une grand-mère audacieuse. Une réflexion sur l'identité, la recherche de ses racines et sa place dans la société et le monde.

La saison se terminera avec la pièce maudite, celle que l'on ne doit pas prononcer dans un théâtre. Macbeth foulera les planches du 21 avril au 16 mai.  Macbeth, qui se fait prédire par trois sorcières qu'il sera roi, est incité par son épouse à assassiner l'actuel roi pour prendre sa place.  Ce n'est que le début d'assassinats en série que commettra Macbeth que la peur, la hantise et la culpabilité guident.  Une tragédie qui pose la question du pouvoir.

Pour en savoir plus sur la programmation Trident, consultez le site web du théâtre.

Bon théâtre et bonne danse!

21 août 2014

Semaine des programmations: lumières sur la programmation 14-15 de la Bordée

Jacques Leblanc, le directeur artistique de la Bordée, propose une saison emplit de Lumière(s), thème de sa dixième saison à la barre du théâtre de la rue St-Joseph.

Par Robert Boisclair

La saison débute avec la scandaleuse Les fées ont soif de Denise Boucher. Cette pièce, qui avait suscité la polémique au sein de la communauté catholique lors de sa création en 1978 pour ses propos féministes et audacieux pour l'époque, s'intéresse au destin de trois femmes qui se sentent prisonnières des rôles auxquels on les a confinées au fils des siècles. Trois femmes qui sont trois archétypes - la sainte, la mère et la pute - clament leur individualité et leur liberté. La pièce sera présentée du 16 septembre au 11 octobre.

L'équipe de production de la seconde pièce de la saison s'attaque à un chef-d'oeuvre de la littérature, La Guerre et la Paix de Léon Tolstoï. Le Théâtre du Sous-marin jaune et le Théâtre du Quartier présenteront Guerre et paix, une version marionnette des guerres napoléoniennes de Russie. Une réflexion sur la guerre et la paix racontée par le drôlissime Loup bleu, à la fois marionnette et directeur artistique du Théâtre du Sous-marin jaune. Cette version écourtée de l'oeuvre de Tolstoï sera présentée du 20 octobre au 22 novembre.

Les Fourberies de Scapin tiendront l'affiche de la Bordée du 20 janvier au 14 février. Ce classique de Molière sera mis en scène par Jacques Leblanc lui-même. Dans cette comédie, deux amoureux désemparés ont recours aux ruses de Scapin pour se sortir du pétrin. Par divers stratagèmes ingénieux, Scapin réussira à escroquer les pères des deux amoureux afin de les sortir du pétrin et, au passage, assouvir quelques vengeances.

Une pièce au nom intriguant suivra. W;t, titre inspiré du mot anglais Wit, raconte l'histoire d'une professeure émérite de littérature qui apprend qu'elle est atteinte d'un cancer des ovaires agressif. Ses chances de survie étant limitées, elle accepte de suivre un traitement expérimental. Cette spécialiste des sonnets métaphysique de John Dunne, qui en décortiquait chaque passage, se retrouve maintenant objet d'étude. Face à l'inéluctable mort, elle dresse un bilan de sa vie. Une production du Théâtre du Niveau Parking à l'affiche du 3 au 28 mars.

Pour clore sa saison régulière, la Bordée présente La Chatte sur un toit brûlant, une des pièces les plus connus du dramaturge américain Tennessee Williams. Dans une riche plantation du Mississippi, une famille célèbre l'anniversaire du patriarche. Dans cette famille qui a de la difficulté à exprimer librement les émotions et à dire les vérités, le secret est roi. Personne n'ose dire au père qu'il célèbre son dernier anniversaire puisqu'il est atteint d'un cancer incurable.  Brick, le plus jeune fils, sombre dans l'alcool après le suicide de son meilleur ami avec qui il avait une relation "contre-nature". Maggie, sa femme, tente de comprendre son incapacité à accomplir son devoir conjugal. Quant au fils aîné, qui se présente à la fête avec sa famille, il a l'espoir de mettre la main sur l'héritage paternel. À l'affiche de la Bordée du 14 avril au 9 mai.

La Bordée offre également trois spectacles hors programmation. La pièce Midsummer sera présentée du 25 novembre au 6 décembre. Cette création de Montréal raconte les 48 heures d'aventures rocambolesques d'une avocate spécialisée en divorce et d'un petit mafieux sympathique. Une pièce et neuf chansons en compagnie de Pierre-Luc Brillant et Isabelle Blais.

La pièce Oh les beaux jours précédemment annoncée en octobre sera présentée les 16, 17 et 18 février. Une production française mettant en vedette Catherine Frot qui interprète Winnie, une femme qui, tout en disparaissant peu à peu dans la terre qui la porte, raconte la lutte que livre l'humain face à son destin et à son histoire.

L'année 2014 se terminera sur une nouveauté. Une revue annuelle intitulée Bebye 2014 tiendra l'affiche en décembre.  Lucien Ratio sera l'auteur et le metteur en scène de cette revue de l'année s'inspirant de l'actualité mais également des différentes productions théâtrales de la capitale. Un mélange qui s'annonce drôle et rafraîchissant.

Pour en savoir plus sur la programmation de la Bordée, consultez le site web du théâtre.

Bon théâtre et bonne danse!

20 août 2014

Semaine des programmations: vingt ans et tout plein de théâtre à Premier acte en 2014-2015

Une dizaine de collectifs feront la fête au théâtre pour la saison 2014-2015 de Premier acte. Venez jeter un regard sur ce que propose le théâtre.

Par Robert Boisclair

20 ans de vitalité, puisque c'est le 20e anniversaire de ce diffuseur du théâtre de la relève de Québec, qui s'ouvrira du 16 septembre au 4 octobre avec la pièce Dans le bois de David Mamet. Deux amoureux, au tout début de leur relation, qui se retirent dans un chalet perdu au fond des bois pour se découvrir ainsi que les peurs et les attentes de l'autre.

Après les blessures intérieures, ce sera le temps de s'offrir une ration de câlins avec Gros-Câlin ou conférence sur la solitude des pythons dans les grandes villes de Romain Gary. Cette codiffusion avec le Festival Québec en toutes lettres raconte l'histoire de Michel Cousin, statisticien dans une grande ville, qui cherche désespérément à combler le vide de son existence. À défaut de trouver l'amour il s'éprend de Gros-Câlin, un énorme python. La cohabitation avec le reptile ne sera pas de tout repos. Le spectacle tiendra l'affiche du 10 au 14 octobre.

Photosensibles brûlera les planches du 21 octobre au 8 novembre. Un spectacle qui s'interroge sur l'envers des clichés photographiques passés à l'Histoire. Un questionnement sur le pouvoir des images et l'objectif visé par l'utilisation de ces clichés. Cinq auteurs ont été recrutés par la bande de La Vierge folle, qui produit le spectacle, pour écrire sur la face cachée d'une photo qui a marqué l'Histoire.

Mes enfants n'ont pas peur du noir occupera la scène de Premier acte du 18 novembre au 6 décembre. Un insomniaque voit ses idées de vengeance se transformer en folie. Il doit quitter avant que la tragédie ne se produise.  Un Hansel et Gretel en version adulte, dont l'auteur s'est vaguement inspiré.

Les Contes à passer le temps, que La Vierge folle offre au public de Québec depuis quelques années, s'amènera à Premier acte juste avant la pause du temps des Fêtes. Six auteurs et acteurs racontent le Québec de quartier.

L'ouverture de la programmation d'hiver-printemps se fera avec St-Agapit 1920 du 27 janvier au 7 février. Un spectacle inspiré du cirque, de la danse et de la performance, où trois jeunes filles jouent, s'amusent et passent à travers le cycle des saisons. Un regard sur le temps qui passe et qui nous manque.

Du 10 au 14 février, Le Chant de meu tiendra l'affiche. Marco cogne à la porte de son ami Alain au beau milieu de la nuit. Son corps est taché de sang et il vient se cacher chez Alain. Une histoire de chasse et de boucherie sur fond d'automne gris.

Julie - Tragédie canine sera au programme du 24 février au 14 mars. Julie, la chienne de Guillaume et Laurence, a disparu. Laurence, qui ne pardonne pas à Guillaume d'avoir laissé filé Julie, le met à la porte. Une réflexion sur le passage à l'âge adulte baignée d'un humour caustique.

Novecento: pianiste se pointera le nez dès le 24 mars. Un bébé abandonné est retrouvé sur le piano d'une salle de bal d'un bateau.  On le prénomme Novecento en hommage au siècle nouveau qui arrive. Ce bateau deviendra son terrain de jeu, jusqu'au jour où il se glisse devant le clavier d'un piano qu'il ne quittera plus, pour devenir le plus grand pianiste du monde.

En clôture de saison, Usages prend l'affiche dès le 14 avril. Une bande de personnages liés par le centre d'appels où ils travaillent s'épient, s'envient et se zyeutent.  Personne n'est propre et tous se donnent des coups.  Coups de gueule dans une langue brute au menu.

Une partie de l'équipe des artistes et artisans de la saison 2014-2015 de Premier acte.

Pour en savoir plus sur la programmation de Premier acte, consultez le site web du théâtre.

Bon théâtre et bonne danse!

19 août 2014

Semaine des programmations: une saison éclectique pour le Périscope en 2014-2015

Le coordonnateur artistique a utilisé le terme foisonnant, je dirais plutôt éclectique et osée. Le Périscope ose avec une programmation hautement diversifiée et qui fait une large place à l'audace.

Par Robert Boisclair

En ouverture de saison, du 4 au 20 septembre, Le périple, spectacle de mini-marionnettes dans un bus scolaire transformé en salle de spectacle. Un spectacle intimiste qui roule sa bosse depuis 2004 et qui rend hommage au père d'Agnès Zacharie, l'auteure de ce spectacle. Le spectacle ne peut accueillir que 32 spectateurs à la fois dans ce bus qui sera stationné près du théâtre.

La famille se crée en copulant sera présenté en salle du 16 septembre au 4 octobre. De l'artiste Jacob Wren, il est auteur, metteur en scène, auteur-compositeur et interprète, ce spectacle issu d'un texte éclaté raconte des histoires de famille qui deviennent l'occasion de raconter les déchirements de notre monde. Un spectacle teinté d'humour, avec un regard lucide et vif qui pose la question: pourquoi, dans ce monde chaotique, fait-on encore des enfants?

Effets secondaires occupera les planches du Périscope du 8 au 25 octobre. Ce texte primé de la jeune auteure anglaise Lucy Pebble se questionne sur les effets secondaires de la science en cette époque où toute sensation désagréable doit être soigner, traiter.

Du 4 au 8 novembre la danse envahit le Périscope avec Danse de garçons de la chorégraphe Karine Ledoyen. Un spectacle où des comédiens deviennent danseurs et qui pose la question: c'est quoi être un gars en 2014?  Énergie brute, instinct et intimité cohabitent dans ce spectacle à la fois masculin, théâtral et dansé. Vous ne verrez plus jamais la danse du même oeil après ce spectacle.

Numéros occupera la case du 18 au 29 novembre du Studio de création Marc-Doré. Cette pièce à deux comédiens, est à la fois un thriller psychologique, une pièce d'anticipation scientifique et une analyse profonde de la relation père-fils. Un homme insatisfait de sa relation avec son fils le donne en adoption et demande à une firme spécialisée dans le clonage humain de le cloner pour repartir à neuf avec un nouveau fils.

Méphisto Méliès, en salle du 13 au 31 janvier, pose un regard amusé et curieux sur l'univers du magicien, décorateur, réalisateur et comédien Georges Méliès. Marionnettes, illusions théâtrales, vidéos, jeux d'ombres et machines imaginaires redonneront vie à Georges Méliès et son délire onirique.

Le long voyage de Pierre Guy B. tiendra l'affiche du 10 au 28 février.  Cette pièce est le deuxième volet d'une trilogie de fictions biographiques débutée avec Les trois exils de Christian E., en complément de programme les 3, 4 et 5 février. Le long voyage de Pierre Guy B. suivra le parcours tumultueux et déjanté de Pierre Guy Blanchard, musicien, comédien et compositeur acadien.

De l'association atypique des Écornifleuses et de tectoniK naîtra Disparaitre ici que présentera le Périscope du 10 au 28 mars. Inspiré de l'oeuvre de l'auteur américain Bret Easton Ellis, derrière American Psycho, les interprètes éclateront les codes, seront performatifs et témoins. Un spectacle coup de poing, dit-on, qui sera réservé au 16 ans et plus.

Un jour, Sasha Samar, comédien d'origine ukrainienne, propose timidement à Olivier Kemeid de faire un spectacle sur sa vie. Une vie stupéfiante qui s'incarne dans un spectacle intitulé Moi, dans les ruines rouges du siècle. Une pièce qui propose un regard intime et global sur l'histoire récente de l'Union soviétique, tout en explorant la question du mensonge.  La pièce a connu un succès retentissant lors de sa présentation à Montréal et est très attendu à Québec. Elle tiendra l'affiche du Périscope du 7 au 18 avril.

Le no show, qui clôturera la saison du 21 avril au 2 mai, est un spectacle à part. À la fois spectacle de théâtre qui questionne le théâtre et expérience interactive théâtrale, la pièce pose la question: quelle valeur accordez-vous au théâtre? Le spectateur sera même invité à déterminer le prix de son billet.  Une invitation à partager la vie des comédiens puisque ceux-ci bivouaqueront au Périscope et dans ses alentours.

Pour en savoir plus sur la programmation du Périscope, consultez le site web du théâtre. Bon théâtre et bonne danse!

17 août 2014

De retour dans... quelques jours!

L'été achève et les saisons théâtrales et dansées approchent à grand pas alors c'est le moment pour Les Enfants du paradis de faire un retour.

Par Robert Boisclair


Le blogue reprend donc du service dès mardi avec sa semaine des programmations. Venez ici pour découvrir les saisons qui débutent. Théâtre et danse s'offriront alors dans leurs plus beaux atours. Une occasion à ne pas manquer dès mardi.


Bon théâtre et bonne danse!