31 mai 2015

Murmures des murs: annulation des représentations!

Les représentations d'hier soir à 19h et d'aujourd'hui à 15h sont annulées.

Par Robert Boisclair


C'est à regret que la direction du Carrefour et celle de la Compagnie des Petites Heures ont décidé d'annuler les représentations de Murmures des murs. La blessure que s'est accidentellement infligée la comédienne principale lors de la première représentation de vendredi ne permettait pas de poursuivre au risque de l'aggraver.

Je me réjouissais tellement de jouer à Québec pour la première fois. Je suis dévastée de ne pas pouvoir le faire. Je suis désolée pour ceux qui se sont déplacés, certains de très loin, et j’espère que nous pourrons trouver l’occasion de revenir bientôt présenter le spectacle au Carrefour. Aurélia Thierrée, comédienne.

Nous nous réjouissions aussi de présenter ce spectacle. Nous sommes très tristes de la situation et  souhaitons prompt rétablissement à Madame Thierrée, avec l’espoir qu’elle nous revisite un jour. Dominique Violette, directrice générale et Marie Gignac, directrice artistique du Carrefour international de théâtre. 

Remboursement des billets
Les détenteurs de billets pour une des trois représentations de Murmures des murs (29, 30 et 31 mai) peuvent se faire rembourser – sur présentation des billets – au point d’achat, à la billetterie du Carrefour international de théâtre (369, rue de la Couronne, 4e étage) ou par téléphone au 418 529-1996 jusqu’au 7 juin, jour de clôture du festival. La billetterie du festival est ouverte du lundi au vendredi de 10 h à 18 h et les samedis et dimanches de 10 h à 17 h. Les billets achetés en ligne sur le réseau Billetech seront remboursés automatiquement dans les prochains jours.

Bon théâtre et bonne danse !

30 mai 2015

Boom: à ne rater sous aucun prétexte

Dans ce spectacle, culture, politique et musique se côtoient pour le plus grand plaisir des baby-boomers... et des autres générations!

Une critique de Robert Boisclair



Boom s'attarde aux années 1945 à 1969. Entre les bombes d'Hiroshima et Nagasaki et l'aventure lunaire américaine d'Appollo 11, le spectateur vit ces 25 années survoltées en compagnie de Rick Miller, tout aussi survolté que ces 25 années boomers.

La scène circulaire, qui fait penser à un immense vinyle, vous savez ces disques qui, mis sur un tourne-disque produisaient de la musique dans les années pré-iPod, Shazam et Apple Store, devient une capsule temporelle à partir de laquelle Rick Miller raconte comment les politiques nationales et internationales influencent la vie quotidienne des gens ordinaires. Un voyage sociologique fascinant.

Une mise en scène efficace
Avec une large panoplie de perruques, vestes, chemises et autres accessoires, Rick Miller personnifie moult personnages. Peut-il en être autrement? Que seraient Winston Churchill sans son éternel cigare ou Pierre Elliott Trudeau sans sa rose à la boutonnière?

Le choix de la mise en scène limite quelque peu les mouvements de Rick Miller mais elle n'en est pas moins efficace. Un immense écran circulaire transparent occupe tout le centre de l'espace où il se trouve. Les projections, nombreuses, émaillent les 25 années boomers de photos et de vidéos d'époque. Une merveilleuse plongée au coeur de l'Histoire. Une merveilleuse mise en contexte.

Multi-talentueux
Au coeur d'un espace relativement restreint, Rick Miller se démène et offre une performance qui met en évidence le large éventail de son talent. De conteur d'abord. D'interprète, de musicien et de chanteur également.

Il réussit à savamment lier les événements historiques et certaines des grandes personnalités de l'époque à l'histoire de ses géniteurs. Difficile pour le spectateur de ne pas tomber en amour avec les parents de Rick Miller ainsi qu'avec Lawrence, un afro-américain devenu bluesman, que sa mère a failli épouser. Cependant, quelques défaillances vocales, rien de bien dramatique tout de même, émaillent le spectacle ici et là.

Chanteur et musicien accomplis, Rick Miller s'accompagne lui-même à la guitare ajoutant même l'harmonica à l'occasion. Les grands succès musicaux des années boomers sont nombreux et servent à la fois de lien entre les différentes années et à souligner quelques-uns des principaux événements de l'année qui s'écoule.

Rick Miller a habitué le public du Carrefour à des spectacles enivrants et divertissants. Le public de Boom ne sera pas déçu. Un spectacle qui pétarade, va parfois dans plusieurs directions, mais un spectacle qui fait boom. Énergisant et dynamique!

Une présentation du Carrefour international de théâtre de Québec pour encore deux représentations aujourd'hui à 14h et 20h. 

Bon théâtre et bonne danse !

Murmures des murs: des représentations ce soir et demain?

Une blessure à la jambe de l'interprète principale de ce joli spectacle du Carrefour a entrainé l'arrêt de la production hier.

Par Robert Boisclair



Pour une raison encore inconnue Aurélia Thierrée, l'interprète principale du spectacle, s'est blessée en cours de représentation hier. Représentation qui a été interrompue. L'artiste est allée consulter pour faire évaluer la gravité de la blessure.

Une décision sera prise en cours de journée pour les représentations de ce soir et de demain après-midi. Consultez donc les médias électroniques aujourd'hui ou appelez la billetterie du Carrefour afin de savoir si les représentations auront lieu ou non.

Bon théâtre et bonne danse !

26 mai 2015

Par coeur: une expérience touchante

Plein d'humour et d'émotions, Par coeur est un spectacle touchant qui séduira les amoureux de la littérature comme ceux qui aime la vie tout simplement.

Une critique de Robert Boisclair


C'est un très beau cadeau qu'offre Tiago Rodrigues, l'artiste portugais à l'origine du spectacle, au public de Québec. Cette expérience touchante donne le goût d'ouvrir un livre dès la sortie du spectacle. Le quotidien Le Monde a qualifié Tiago Rodrigues de Lisboète et c'est, ma foi, bien vrai.

Une aventure humaine et littéraire
Ce spectacle est inspiré de l'histoire vraie de sa grand-mère qui, alors qu'elle apprend qu'elle deviendra aveugle, demande à son petit-fils, Tiago Rodrigues, de lui choisir un livre qu'elle apprendra par coeur. Dans sa course pour trouver LE livre qu'elle apprendra, il se lance dans l'aventure théâtrale à la conquête de celui qui occupera la mémoire de sa grand-mère. Ce sera le sonnet numéro 30 de Shakespeare qu'elle récitera le jour de ses 94 ans et que dix heureux volontaires apprendront par coeur sur scène.

Si l'aventure est littéraire, elle est également humaine. Tiago Rodrigues entrelace la très belle histoire de sa grand-mère, femme courageuse et volontaire, héroïne de l'ordinaire, avec celles de la littérature et de l'Histoire. L'amour. Des mots. De sa filiation. C'est ce qui traverse ce spectacle de bout en bout.

Lisboète
S'exprimant dans un excellent français, Tiago Rodrigues manipule les mots d'une belle façon. Il sait communiquer simplement son amour des mots que lui a transmis sa grand-mère. Et qu'il transmet aux dix volontaires sur scène comme aux spectateurs dans la salle. Je me suis surpris à réciter plusieurs vers du sonnet. Je voulais m'approprier les mots. Les découvrir. Les aimer. Comme Tiago Rodrigues aime les mots. Les apprivoiser surtout. Pour que jamais ils ne s'effacent de ma mémoire. Et qu'ils m'accompagnent où que je sois.

Il est un véritable poète, un Lisboète comme le mentionnait le quotidien Le Monde. Une poésie douce qu'il transmet simplement. Avec beaucoup d'amour. De tendresse. De plaisir. Car du plaisir, il y en a. À découvrir des mots anciens ou contemporains. À découvrir l'histoire de sa grand-mère et de l'Histoire.

Une expérience touchante remplie d'humour, d'émotions, d'anecdotes et de magnifiques références littéraires. Ce spectacle séduira les amoureux des mots comme les amoureux de la vie. Un spectacle à découvrir sur scène comme dans la salle. Encore deux soirs pour tomber en amour!

Une présentation du Carrefour international de théâtre de Québec jusqu'au 27 mai. 

Bon théâtre et bonne danse !

25 mai 2015

Une deuxième et dernière Spéciale Carrefour pour clore la saison radiophonique des Enfants du paradis!

Toutes les bonnes choses ont une fin et Les Enfants du paradis ne font pas exception. Alors pour clore cette belle saison théâtrale et dansée, une deuxième Spéciale Carrefour international de théâtre de Québec. Manquez pas ça!

Par Robert Boisclair


Premier bloc - 17h 30


L'auteur et metteur en scène portugais Tiego Rodrigues sera dans nos studios pour nous parler de Par coeur, ce spectacle où dix spectateurs volontaires doivent apprendre un texte par coeur tout au long de la représentation. Un spectacle sur la mémoire, l'oubli et la résistance artistique et politique.

Par coeur
Périscope
Du 25 au 27 mai


Deuxième bloc - vers 17h 50


La comédienne Aurélia Thierrée sera notre invitée du deuxième bloc. Elle nous entretiendra de Murmures des murs qui entraîne le spectateur dans un monde peuplé de créatures fantastiques. Un spectacle entre le rêve et le cauchemar présenté trois soirs seulement.

Murmures des murs
Bordée
Du 29 au 31 mai


Troisième bloc - vers 18h 10


L'équipe des Enfants du paradis sera en studio pour vous parler des spectacles qu'ils ont vus jusqu'à maintenant. Venez découvrir les spectacles qui les ont allumés en ce début de Carrefour. Une belle façon de clore la saison radiophonique. Continuez à nous suivre sur Twitter et sur ce blogue tout au long du Carrefour. Nous y serons du début à la fin de l'événement.

Bon théâtre et bonne danse !

23 mai 2015

A Game of You: sourire à la vie!

A Game of You ce n'est pas du théâtre, enfin pas du théâtre au sens traditionnel du terme, mais une plongée au coeur de soi, un spectacle en forme de miroir pour un seul spectateur. 

Une critique de Robert Boisclair


Ce spectacle inédit qui ne reçoit qu'un spectateur à la fois ne laisse pas indifférent. On en ressort le sourire aux lèvres et, pour quelques rares participants, avec une moue de déception. Mais soyez rassuré la grande majorité des participants adorent l'expérience car des sourires il y en a à la tonne à la sortie du spectacle.

Un jeu rusé
A Game of You, que l'on pourrait traduire par «un jeu de soi» ou «un jeu au coeur de soi», est bel et bien un jeu, un court déambulatoire au coeur d'un labyrinthe de six pièces. Un jeu rusé à travers moultes confrontations avec soi. Le spectateur est face à son reflet dans le miroir. Il se rencontre au propre comme au figuré.

Un spectacle auquel vous êtes convié une personne à la fois sur rendez-vous. Vous êtes donc l'unique invité, l'unique spectateur. Un invitation à passer du temps avec soi... ou peut-être pas uniquement. Une traversée dont on garde un souvenir longtemps.

Un petit présent vous sera remis à la fin de la représentation. Prenez le temps de l'utiliser une fois rendu à la maison. Vous y découvrirez quelque chose d'intéressant. Sur vous? Peut-être. Peut-être pas. À savourez tranquillement dans le calme de son chez-soi. La surprise sera au rendez-vous.

Jouissif
Le spectacle procure un grand bonheur, à la fois jouissif et ambigu. Le participant, véritable spectateur acteur, participe à un curieux objet immersif et participatif. La découverte et la surprise sont aux tournants de chaque espace labyrinthique. Un mélange savamment dosé d'introspection et d'inquisitions, de moments seuls avec soi et avec l'autre. De la découverte et d'agréables surprises au menu.

Un spectacle qui amène ailleurs. Au coeur de soi certainement. À la découverte de soi assurément. Un spectacle dont on ressort transformé. Métamorphosé en quelque sorte. Avec une nouvelle image de soi. De l'autre aussi. Et le sourire aux lèvres. Le coeur léger. Agréablement surpris de ce qu'on a découvert. Et de ce qu'on apprendra même après le spectacle. Vous vous rappelez du petit cadeau remis en fin de parcours dont je vous parlais plus tôt? Déballez-le. Vous ne le regretterez pas. La surprise sera totale. Elle l'a été pour moi.

Précipitez-vous à la billetterie du Carrefour pour faire la découverte de ce petit bijou théâtral. Qu'attendez-vous? Allez! Offrez-vous ce rendez-vous avec vous-même.

Une présentation du Carrefour international de théâtre de Québec jusqu'au 27 mai. 

Bon théâtre et bonne danse !

22 mai 2015

Saison 15-16 de La Rotonde: danses de rêve

La Rotonde offrira en 2015-2016, une programmation résolument québécoise et axée sur la création. Regard sur des danses de rêves!

Par Robert Boisclair

Exister encore
Crédit photo: Renaud Philippe

Avec dix spectacles, dont plusieurs coproductions, La Rotonde offre une programmation qui regroupe une belle brochette de chorégraphes du Québec. Steve Huot, le directeur général et artistique, éclate sa programmation dans différents lieux: Méduse, Grand Théâtre de Québec, Théâtre de la Bordée, Théâtre Périscope et Théâtre jeunesse Les Gros Becs. Une belle façon de rejoindre de nouveaux publics et, qui sait, se faire des nouveaux fans.

Programmation d'automne
La saison s'ouvrira avec un spectacle de danse, ou est-ce du théâtre, intitulé L'Éveil. Inspiré de L’Éveil du printemps de Frank Wedekind, ce spectacle, du chorégraphe Harold Rhéaume et de la metteure en scène Marie-Josée Bastien, est une ode aux nombreux éveils qui jalonnent le passage de la vie adolescente à la vie adulte. Le spectacle est une coproduction du Théâtre Périscope et tiendra l'affiche du 29 septembre au 10 octobre.

Prismes, du chorégraphe montréalais Benoît Lachambre, s'invite à Méduse du 22 au 24 octobre. Par des constructions gestuelles, anatomiques et scénographiques insolites, Benoît Lachambre et ses danseurs métamorphosent l'espace et les corps dans une sarabande surprenante. Un spectacle atypique qui en surprendra plusieurs.

Une deuxième coproduction, cette fois avec le Théâtre jeunesse Les Gros Becs, tiendra l'affiche de ce théâtre du 17 au 22 novembre. Inspiré d'un conte inuit, EMMAC Terre marine raconte l'histoire d'une jeune fille plongée dans l'obscurité de l'océan suite au décès de son père. Un spectacle porté par la musique de Jorane et les paroles de Richard Desjardins.

Pierre-Paul Savoie revient, vingt plus tard, avec la création qui l'a mis au monde. Bagne recréation sera présenté au Grand Théâtre de Québec un seul soir, soit le 8 décembre. Rudesse, désolation, complicité et tendresse animent deux hommes confinés dans une structure métallique monumentale. Un spectacle qui parle de quête d'amour et de liberté.

Programmation hiver/printemps
Cette portion de la saison 15-16 s'ouvre avec un programme double. Une Montréalaise, Katia-Marie Germain, et une Québécoise, Maryse Damecour, proposent un doublé sur le corps. Avec FOLDS, de Katia-Maria Germain, des paysages éphémères d'ombre et de lumières naissent du croisement entre une installation interactive et les danses graciles et sensibles des interprètes. Exister encore, de Maryse Damecour, propose de démasquer les multiples visages que revêt un même individu. Ce doublé tiendra l'affiche de Méduse du 21 au 23 janvier.

Avec Ce n'est pas la fin du monde, sept danseurs se confrontent à l'urgence de vivre dans un monde en pleine mutation. À l'affiche du Théâtre de la Bordée les 16 et 17 février. Un couple amoureux s'attire, se repousse et se complète par un savant alliage de danse et de nouveaux médias. À Méduse du 24 u 26 février.

Cinq virtuoses proposent huit solos exigeants physiquement dans le spectacle Solitudes solo. La musculature masculine est mise en valeur dans ce spectacle qui tiendra l'affiche de Méduse les 30 et 31 mars. Danse explosive, projections filmiques et la musique du groupe Godspeed You! Black Emperor offrent des séquences chorégraphiques fragmentées qui mettent en valeur la force de résilience de l'humain, le 15 avril au Grand Théâtre de Québec.

Le seul spectacle hors-Québec clôturera la saison de La Rotonde. S'inspirant de la coopération et de la solidarité pour investir de nouveaux territoires physiques, Vital Few, de la compagnie vancouveroise 605 Collective, propose un amalgame de danses urbaines et contemporaines. À l'affiche de Méduse du 28 au 30 avril.

Vous pouvez en apprendre plus sur la programmation et les tarifs en vous rendant sur le site de La Rotonde ici.

Bon théâtre et bonne danse !

Où tu vas quand tu dors en marchant...?: voyage au pays des rêves

Un parcours, cinq tableaux, cinq univers. Voilà décrit en quelques mots le parcours Où tu vas quand tu dors en marchant...? du 16e Carrefour international de théâtre de Québec. Voyage au pays des rêves!

Une critique de Robert Boisclair

Quelques images du tableau Les palais

Le rêve et l'imaginaire occupent chacun des cinq tableaux du parcours. Les murs, omniprésents dans ce déambulatoire, servent de trame de fond. Tout au long du parcours, le spectateur marcheur traverse ou côtoie un mur. Parfois, il y observe des projections. Rêve, imaginaire et murs infranchissables ou pas sont à découvrir pendant près de deux heures en haut et en bas de la Côte de la potasse.

Ludique
Le tableau Le désordre, que je vous suggère de garder pour la fin de votre parcours, est le plus ludique de tous. Dans la cour de l'école Saint-Louis-de-Gonzague, vous retrouverez votre coeur d'enfant. Les jeux y sont multiples et laissent place à la folie de la jeunesse. Il y flotte comme une odeur de kermesse, un air de fête. Au menu, piste de danse, farniente agrémenté de contes, aire de détente, feu de camp, glissade dans un bain de nouilles et quelques autres belles surprises à découvrir sur place.

Fêter quoi?, localisé aux Nouvelles-Casernes, invite le spectateur marcheur à la célébration. Préparez-vous à être de la fête. Vous pourrez même être interpellé pour votre anniversaire de naissance ou de mariage. Mariachis, karaoké, parade de dragons sont de la fête. Préparez-vous à des rencontres diverses tout au long de votre traversée des Nouvelles-Casernes.

Ambiances glauques
Si les deux précédent tableaux sont ludiques, les trois suivants sont plutôt glauques. Les ambiances y sont plus sombres ou austères. Ils suscitent la réflexion certes mais laissent moins de place au plaisir pur.

Machineries dévoilent un univers post-apocalyptique. Machines bruyantes et marionnettes, dont une immense, propose dans un coin reclus des fortifications un univers industriel plutôt intriguant peuplé de quelques machinistes automates actifs.

Les projections à court terme proposent un ciné-parc sur le terrain du champ de parade. De courtes projections devant un stationnement de voitures qui s'illuminent au gré de l'action projetée sur l'écran. Retour vers un petit plaisir presque disparu de nos étés québécois.

Les palais proposent tout en bas de la Côte de la potasse un univers un peu plus déprimant. De petits palais accueillent des musiciens à l'îlot des Palais. Chacun dans son palais aux allures de capharnaüm, en attente d'une partition à venir. Puis soudainement, tous se mettent à jouer un air mélancolique. Le spectateur marcheur découvre, en projection sur un mur, l'ensemble musical. Des multiples solitudes émergent un orchestre insoupçonné lors de sa promenade.

Arrivez tôt
Il faut prévoir une bonne heure trente pour apprécier le parcours. Les découvertes et les sollicitations sont nombreuses. Arrivez donc tôt (il n'y a que deux heures de représentations) ou prévoyez une deuxième visite. Le faire autrement risquerait de gâcher votre plaisir.

Une animation entre certains tableaux éloignés auraient permis de garder l'esprit de rencontres que propose le parcours. Tout en permettant une transition entre les tableaux, le charme et le plaisir n'en seraient que plus grands.

Certains tableaux manquent quelque peu d'animation ou de vie. Machineries ou Les projections à court terme susciteraient un plus grand plaisir festif s'il y avait plus d'animation. Un des plaisirs du parcours est d'être déstabilisé ou de découvrir dans un recoin une nouvelle animation. Ces deux tableaux sont contemplatifs. La découverte se fait dès l'arrivée et il y a peu ou prou de surprises par la suite. Les trois autres tableaux offrent une panoplie de sous-tableaux qui amène le marcheur spectateur à pousser sa découverte plus loin. Et c'est ce qui est la marque de commerce du parcours.

Une édition qui laisse un peu sur son appétit mais qui vaut le détour. Découvertes, ludisme et ambiances glauques se côtoient. Un voyage au pays des rêves!

Une présentation du Carrefour international de théâtre de Québec pour encore huit soirs, les 22, 23, 28, 29, 30 mai et les 4, 5 et 6 juin. 

Bon théâtre et bonne danse !

18 mai 2015

Spéciale Carrefour international de théâtre de Québec!

Cette semaine notre première de deux émissions spéciales 100% Carrefour international de théâtre de Québec. Venez découvrir la programmation de la 16e édition du festival en notre compagnie.

Par Robert Boisclair


Premier bloc - 17h 30


Rick Miller, le comédien, auteur et metteur en scène de ce spectacle multidisciplinaire qui résume en une heure, 25 ans du XXe siècle. Un spectacle musical et théâtral à découvrir au Carrefour du 28 au 30 mai.

Boom
Caserne Dalhousie
Du 28 au 30 mai


Deuxième bloc - vers 17h 50


Joeri Smet sera en conversation téléphonique en direct de la Belgique pour nous parler du spectacle A Game of You où le spectateur devient acteur et part à sa propre rencontre. Du théâtre comme vous n'en avez jamais vécu!

A Game of You
Studio Multi de Méduse
Du 22 au 27 mai


Troisième bloc - vers 18h 10


L'équipe des Enfants du paradis sera en studio pour vous chuchoter à l'oreille les spectacles qui les allument à l'occasion de cette 16e édition du Carrefour. Un bloc à ne manquer sous aucun prétexte.

Bon théâtre et bonne danse !

16 mai 2015

La danse fait des scènes!

La rotonde et Le Cercle offre une quatrième édition de La petite scène le 27 mai prochain. Un cycle féminin du bonheur dansé au menu!

Par Robert Boisclair


Le spectacle qui débutera à 20h propose un programme dansé sous le signe du féminin. Cette soirée sera animée par la comédienne Frédérique Bradet qui promet une surprise de taille. Se mettra-t-elle à la danse? Pour le savoir, il faudra se présenter au Cercle le 27 mai.

À cette occasion vous découvrirez de courtes pièces de 7 minutes que les artistes présenteront en rafale sur une scène de 10' par 13'. Un défi chorégraphique en soi! Tout ça dans une formule cabaret où le spectateur pourra s'abreuver tout en admirant les performances des artistes.

La petite scène accueillera Julia-Maude Cloutier et Sarah Morin dans une pièce de Fannie Côté (Québec), Sasha Ivanochko (Montréal), Maria Kefirova (Montréal), Geneviève Robitaille dans un solo de Karine Ledoyen (Québec), Claudiane Ruelland, Mélanie Therrien et Ariane Voineau dans une pièce d’Olivier Normand (Québec) et nul autre que José Navas (Montréal) qui offrira deux de ses solos.

Bon théâtre et bonne danse !

15 mai 2015

Programmation 15-16 des Gros Becs: vaste choix pour petits et grands

Un menu de 16 pièces dont six créations tiendront l'affiche des Gros Becs en 2015-2016. Tour d'horizon d'une saison prometteuse!

Par Robert Boisclair

EMMAC terre marine
Crédit photo: Frédérik Duchesne

Six spectacles pour les grands (9-17 ans) et dix pour les petits (1-8 ans) squatteront les planches du théâtre en 2015-2016.

Saison des petits (1-8 ans)
Retour de Flots, tout ce qui brille voit qui avait connu un fort succès en 2012. Un spectacle sensible, parsemé d'images et de poésie. À l'affiche du 1er au 11 octobre. L'histoire de Pekka, une toute petite tortue qui, comme à tous les soirs, attend son histoire et qui part à la recherche de Mamzelle lune, sera à l'affiche du 13 au 15 mai. Enchantés propose une rencontre entre l’art et les tout-petits à partir d’un an. Un danseur et un musicien apprivoisent leurs langages et les font découvrir aux petits. Au programme du 18 au 22 mai.

Une ville silencieuse prendra vie sous l'oeil inquisiteur d'un comédien-manipulateur. Il fera découvrir aux spectateurs une drôle de petite communauté composée de personnages âgés. Le spectacle s'intitule Toi du monde et sera à l'affiche du 14 au 25 octobre. Le coeur en hiver raconte l'histoire de la petite Guerda qui part à la recherche de son ami disparu. Aventures et embûches l'attendent sur la route. Au programme du 8 au 27 décembre.

Le cirque s'invite avec Circus incognitus du 3 au 14 février. L'acrobate-jongleur Jamie Adkins y exécute des numéros de cirque étonnants et loufoques.  Dans La nuit de la patate, deux rois bricolent un paradis d'un soir où les patates révèlent des secrets. À l'affiche du 20 avril au 8 mai.

Une dame sans domicile fixe règne sur une petite rue dans une grande ville. Une spectacle clownesque qui fait réfléchir sans faire la morale. Clap! squattera les planches du théâtre du 4 au 15 novembre. Le merveilleux voyage de Réal de Montréal s'inspire du conte Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède transposé au Québec. Le personnage principal, Réal, découvre le Québec à dos de bernache. Au programme du 2 au 13 mars. À travers une confrontation, deux enfants voyagent au coeur de leurs émotions dans Tu dois avoir si froid qui sera à l'affiche du théâtre du 6 au 17 avril.

Saison des grands (9-17 ans)
Petites bûches sera à l'affiche du 27 octobre au 1er novembre. Marco, perdu dans une ville de l'Europe de l'Est, rencontre deux petites gaillardes qui lui font découvrir la ville avec leurs yeux poétiques. EMMAC terre marine sera bercée par la musique originale de Jorane et par les paroles de Richard Desjardins qui fait la narration du spectacle. Une jeune fille plongée dans l'océan part à la recherche de ses origines. Le spectacle est inspiré d'un conte inuit et sera à l'affiche du 17 au 22 novembre. Dans ma maison de papier, j'ai des poèmes sur le feu raconte l'histoire d'une vieille dame et d'une toute jeune fille qui dialoguent, s'interrogent et déjouent le passeur. Du 15 au 20 mars.

Les Zurbains, ces histoires écrites par des jeunes adolescents reviennent pour une nouvelle édition du 24 au 27 novembre. L'auteur Jean-Rock Gaudreault offre de magnifique dialogues entre un homme d'âge mûr, Molière au sommet de sa gloire, et un jeune admirateur audacieux. Jouez, monsieur Molière! est un hommage au théâtre ponctué de scènes loufoques inspirées de la commedia dell'arte. Au programme du 24 au 26 février. Avant l'archipel mélange savamment conte, musique, chant et improvisation dans un spectacle où deux interprètent entrainent le spectateur dans une nouvelle mythologie autour des premiers émois amoureux. À l'affiche du 30 mars au 1er avril.

Vous pouvez en apprendre plus sur la programmation et les tarifs en vous rendant sur le site des Gros Becs ici.

Bon théâtre et bonne danse !

11 mai 2015

Une heure de bonheurs théâtraux et dansés ce soir!

En clôture des saisons dansées et théâtrales, Les Enfants du paradis font le bilan de celles-ci. Une équipe passionnée qui vous fera découvrir ses choix des saisons qui s'achèvent. Du bonheur au menu!

Par Robert Boisclair


Trois blocs, trois sujets, une seule passion. Celle de l'amour de l'art dansé et théâtral! L'équipe partagera ses coups de coeur de la saison 14-15 qui s'achève. Théâtre jeune public, danse et théâtre pour adultes seront décortiqués par l'équipe de passionnés des Enfants du paradis. Une heure de pur bonheur théâtral! Manquez pas ça!


Bon théâtre et bonne danse !

8 mai 2015

Ravages: onirique

Complexes et oniriques, les solos, duos, trios et quatuors de Ravages offrent aux spectateurs un magnifique parfum de catastrophe qui ne laisse pas indifférent.

Une critique de Robert Boisclair

Crédit photo: François Gamache

Le site de La Rotonde décrit Ravages comme suit: « Dans un jardin irréel d’une étrange beauté, tapis quelque part aux confins de la psyché humaine, des êtres se transforment au fil des saisons qui passent. Le temps s’imprègne dans leur chair. » Et c'est bien de cela qu'il s'agit. Des corps qui se métamorphosent, se transforment. Alan Lake, en collaboration avec les danseurs, offre un bel ode au corps et au mouvement.

Splendeur des corps
Ici, le corps est mis en évidence plus que jamais. La gestuelle est multiple. Des mouvements quasi-contemplatif aux plus énergiques en passant par les rencontres fusionnelles, l'éventail est complet. Une sorte de zone de turbulence où le corps se débat et s'affirme. Sans doute, une évocation du combat avec la nature dont s'inspire le spectacle. Lors d'un tournage dans la région de Portneuf pour un film d'art, la nature n'a pas été très collaborative avec l'équipe d'Alan Lake, le chorégraphe du spectacle et le réalisateur du film d'art. Il a décidé de s'inspirer de cette aventure pour Ravages.

Ici, les corps sont magnifiés. Mis en évidence. On grimpe, on affronte, on déménage, on fusionne, on se libère, on vibre. Tension et abandon. La gestuelle est éclatée. Les danseurs sont généreux dans leur interprétation. On sent toute la force et la fragilité qui les animent. Les portés, nombreux, finissent souvent dans les bras d'un tiers. Beaux moments que ces portés à trois.

Vidéos et danse ne font qu'un
Dans ce spectacle, la vidéo et la danse en font qu'un. Sur des rideaux de tulles, parfois devant les danseurs, parfois derrière, des projections sont offertes. Le danseur et son double sur écran se côtoient magnifiquement. Les projections ajoutent à cette ambiance de fin du monde, de catastrophe qui traverse le spectacle de bout en bout. Il y a bien des moments plus sereins, dont le dénouement contemplatif aux accents sacrés, mais l'ambiance générale est plutôt du style fin du monde.

Un spectacle sur la résilience et la capacité à se relever dans les moments difficiles? Peut-être. Certainement, un spectacle sur la fureur de vivre. Ce désir ardent qui nous anime, qui nous pousse à aller plus loin. Et de la fureur de vivre, il y en a dans ce spectacle. Un spectacle éclaté et magnifique qu'il ne faut pas manquer. Dépêchez-vous, il ne reste qu'un soir de représentation.

Une présentation de La Rotonde à la Salle Multi de Méduse pour une dernière fois ce soir. Avec Dominic Caron, David Rancourt, Esther Rousseau-Morin et Arielle Warnke St-Pierre. Une chorégraphie d'Alan Lake.

Bon théâtre et bonne danse !

6 mai 2015

Saison 15-16 de Premier acte: sang neuf!

Plus que jamais Premier acte offre une programmation qui propose un regard neuf sur le monde qui nous entoure. Coup d'oeil sur une saison prometteuse!

Par Robert Boisclair

Quelques visages de la saison 15-16 de Premier acte.
Crédit photo: Cath Langlois

Neuf spectacles osés, vivants et bien ancrés dans le monde d'aujourd'hui squatteront les planches de Premier acte au cours de la saison 15-16.

Hors les murs
Premier acte ouvre sa saison avec un spectacle hors ses murs. Trois nuits avec Madox aura lieu au bar L'Autre Zone de Limoilou du 29 septembre au 10 octobre. Dans un bar au bord de la mer, des personnages dépareillés s'y rencontrent et jurent avoir passé les trois dernières nuits avec le même homme. Un texte aux allures beckettiennes sur le mensonge et l'incommunicabilité.

Suivra Crépuscule du 20 au 31 octobre. Théâtre, danse et marionnettes seront de cette pièce qui s'intéresse à la vieillesse et à la maladie d'alzheimer. Un sujet difficile abordé avec humour et sensibilité. Et au pire, on se mariera, tiré du roman de Sophie Bienvenu, tiendra l'affiche du 3 au 7 novembre. Un huis clos drôle et déchirant qui s'intéresse à l'amour et à l'adolescence.

Des femmes se racontent dans Sur la montagne nue. Elles squatteront le théâtre de la rue De Saleberry du 17 novembre au 5 décembre. Confidences intimistes de huit duos féminins au programme. La mi-saison d'automne se conclut à nouveau cette année avec les pétillants Contes à passer le temps du 11 au 20 décembre. Six auteurs, six quartiers, six contes urbains pour célébrer Noël.

Appréhender le destin
C’est avec la pièce Sauver des vies que s’ouvrira l’année 2016, du 19 janvier au 6 février. Murielle, 48 ans, et Maude, mi-vingtaine, sont toutes les deux frappées par un cancer incurable. Deux manières d'aborder l'inéluctable. Une tendre et surprenante réflexion sur la maladie et la mort.

Jean-Denis Beaudoin, qui nous avait agréablement surpris avec son premier texte, Mes enfants n'ont pas peur du noir, au cours de la saison qui se termine, proposera son deuxième texte, Épicerie, du 16 février au 5 mars. Une impossible histoire de file d'attente à l'épicerie est prétexte à une réflexion où les théories de Karl Marx et les idées véhiculées par l'ancien testament se croisent et s'entrechoquent.

Architecture du printemps sera au programme du théâtre du 15 mars au 2 avril. À l'occasion du 125e anniversaire de la mort de Van Gogh, trois hommes se retrouvent et envisagent un nouveau printemps de leur vie. Un spectacle qui parle de lumière sur fond de Printemps érable et des derniers printemps de Van Gogh. Pour clore sa saison, Premier acte offre à son public une incursion dans l'univers des maisons closes et des after-hours avec Mme G., du 12 au 30 avril.

Vous pouvez en apprendre plus sur la programmation et les tarifs en vous rendant sur le site du théâtre Premier acte ici.

Bon théâtre et bonne danse !

4 mai 2015

Parfum de catastrophe, ludisme et nouvelles carrières!

Amateurs de théâtre jeune public, de danse ou de théâtre adulte? Vous serez bien servi puisque ces trois sujets sont au menu des Enfants ce soir!

Par Robert Boisclair


Premier bloc - 17h 30


Marie-Hélène Gendreau, la metteure en scène, et un finissant du Conservatoire d'art dramatique de Québec seront en studio pour nous parler de LÀ, le spectacle d'adieu des finissants de l'institution.

Théâtre du Conservatoire
Jusqu'au 8 mai


Deuxième bloc - vers 17h 50

Crédit photo: François Gamache

Le chorégraphe Alan Lake et la danseuse Arielle Warnke St-Pierre occuperont les sièges des invités pour nous parler de Ravages, un spectacle de danse au parfum de catastrophe.

Ravages
La Rotonde
Du 6 au 8 mai


Troisième bloc - vers 18h 10

Crédit photo: Frédéric Desmesure

Ludisme au programme des Enfants pour ce troisième et dernier bloc de l'émission, en compagnie de Céline Garvanault, comédienne, idéatrice, metteure en scène et scénographe du spectacle Play présenté aux Gros Becs cette semaine.

Play
Gros Becs
Du 7 au 10 mai

Bon théâtre et bonne danse !